253 connectés

Never Go Home : La critique du tome 1

Date : 22 / 08 / 2018 à 08h30
Sources :

Unification France


Never go home
Tome 1 - La Cavale de Duncan et Maddie

  • Scénario : Patrick Kindlon & Matthew Rosenberg
  • Dessin : Josh Hood
  • Editeur : Glénat
  • Collection : Comics
  • Genres : Thriller/Policier
  • Date de sortie : 13 septembre 2017
  • Nombre de pages : 160
  • ISBN : 978-2-344-01955-9
  • Format : 185 x 283 mm
  • Prix : 15.95 €

Lire un extrait

Le monde ne veut pas d’eux ? Qu’il se rassure, c’est réciproque !

Quand on est ado, traverser les couloirs impitoyables du lycée n’est jamais facile. Mais pour Duncan et Madison, ça l’est encore moins. Car ils partagent un secret : ils savent faire des choses exceptionnelles, inconcevables pour le commun des mortels. Alors qu’ils avaient réussi à garder leurs pouvoirs cachés aux yeux des autres, leur destin bascule lorsqu’ils provoquent un drame par accident... Maintenant, ils n’ont d’autre choix que de prendre la fuite. Partir, et ne jamais revenir.

Entre True Romance, Chronicle et Misfits, Never Go Home est une cavale adolescente mâtinée de surnaturel et de culture punk (vous noterez l’hommage à Never Mind The Bollocks des Sex Pistols sur la couverture). Enragé, surprenant et référencé, ce petit bijou de graphic novel est un véritable phénomène de la scène indépendante aux US et la dernière découverte de Black Mask Studio, nouvel éditeur dénicheur de talents.

Décryptage

Duncan est un adolescent solitaire, lycéen transparent la plupart du temps, il est aussi assez souvent la victime de brimades d’autres élèves. Madisson est tout le contraire, jolie et très populaire, elle est le centre de l’attention et la petite amie d’un garçon de l’équipe de foot. Mais lorsque ce dernier devient trop entreprenant et que Duncan se met au travers de son chemin, Madisson dévoile son super-pouvoir et met une raclée phénoménale à son prétendant audacieux.

Sorte de Bonny & Clyde des temps modernes, Duncan et Madisson, sont des enfants ordinaires, clichés de la société américaine actuelle, le solitaire et la reine du bal, 2 opposés. Dotés de pouvoirs qui les rendent extraordinaires, ils sont surtout des adolescents perdus qui rentrent dans l’âge adulte et se cherchent. C’est très surprenant, la cavale inattendue de ce duo improbable, est très dure, crue et très sanglante mais aussi à la fois très tendre. Tout de suite, cette relation devient fusionnelle, ils décident de tout abandonner, tout quitter ensemble tout de suite comme s’ils étaient unis par un lien invisible, alors que tout les séparait quelques heures auparavant. Amitié, amour ? Les sentiments vont évoluer au cours du récit tandis qu’ils vont se découvrir.

Duncan est armé tout le temps et son arme est comme un exutoire, une manière de se sentir plus fort, elle est aussi le signe d’une époque et une fois encore de la société américain moderne. Mais on ne vit pas d’amour et d’eau fraiche et pour survivre il faut de l’argent et notre duo décide de prendre l’argent là où il y en a beaucoup, chez des trafiquants. Cette idée donne bonne conscience à Duncan et Madisson qui prennent de l’argent à des gens malhonnêtes mais aussi et surtout, beaucoup de risques. Mais à l’adolescence, on a peur de rien et rien n’a vraiment d’importance... C’est en tout cas ce qu’ils laissent paraitre.

C’est un récit à la fois haletant, violent, tendre et amusant, qui peut se lire sur plusieurs degrés, plusieurs couches. L’humour est présent pour atténuer un peu la violence du récit (très sanglant) et on se prend à s’attacher à ces 2 ados qui vivent leur histoire (d’amour) qui leur sert de transition vers l’âge adulte de ces 2 ados à la recherche d’une structure pouvant les accompagner dans leur vie. Une BD qui re-cadre un peu la société en nous proposant un récit dur et émouvant.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


The Evil Within : La critique
Dungeons & Dragons - Art et Arcanes : La critique du (...)
Nains : La critique du tome 8
Blake & Mortimer - La Vallée des immortels : La critique
Nailbitter : la critique du tome 5
Star Trek Discovery : Une affiche et bande annonce détonante
Mortal Engines : Les making-of
The Bookshop : La critique
Netflix - Bandes annonces : 15 décembre 2018
Supernatural : Jeffrey Dean Morgan sera bien de retour
Monkey Temple : La critique du jeu d’association (...)
Bandes Annonces & Co : 15 décembre 2018
Star Trek : Kurtzman explique les liens entre la série Picard, (...)
Star Wars The Mandalorian : Les surprises de la distribution
Alita Battle Angel : La nouvelle affiche