276 connectés

Faust Commando : La critique du Jeu de Rôle jusqu’au bout de l’Enfer

Date : 14 / 09 / 2018 à 07h45
Sources :

Unification France


Faust Commando
Le livre de base

Description :

"Faust Commando est un jeu d’action et d’espionnage. Il vous propose d’incarner des renégats et des criminels, tous condamnés, à qui on a offert une seconde chance : intégrer un commando ultra-secret pour remplir des missions extrêmement dangereuses et combattre une menace entourée du plus grand mystère. Si les membres du commando parviennent à survivre à toutes ces missions, ils gagneront leur unique salaire : l’amnistie. Ils pourront alors reprendre une vie normale, si jamais ils en sont encore capables.

Faust Commando se déroule quelques années dans le futur, dans un monde rendu dangereux et violent par la crise écologique et les tensions internationales. C’est un monde impitoyable dans lequel personne ne fait de cadeaux, surtout pas les membres du Faust Commando (ou FX3).

Les missions confiées à cette unité balayent le large spectre des opérations clandestines : assassinat, infiltration, chantage, sabotage, assaut. Elles ont toutes le même impératif : être capable d’agir sans scrupule, de sacrifier sa conscience et son âme pour la réussite de la mission et la sauvegarde de l’intérêt général.

Les personnages de Faust Commando ne sont pas des aventuriers comme les autres. S’ils font partie du commando, c’est que, au-delà des divers choix de la création de personnage, ils partagent des traits communs :

Ce sont tous des durs à cuire capables d’endurer les pires sévices et de se résoudre aux pires sacrifices.
Ce sont tous des criminels, condamnés à mort ou à la prison à perpétuité… et ils le méritent !
Ils ont (presque) tous quelque chose qui les pousse à faire amende honorable, à chercher la Rédemption.

La plupart des jeux de rôles incitent les joueurs à développer le passé et la personnalité de leur personnage au-delà des attributs techniques. C’est effectivement intéressant, mais compte tenu des spécificités de Faust Commando, c’est pour l’instant inutile : chaque membre du commando a décidé de laisser son ancienne vie derrière lui. Sinon, ces individus ne seraient pas membres du Faust Commando. En outre, s’ils tenaient tant que ça à leur vie, ils n’auraient pas dû faire n’importe quoi avec !

Les recruteurs du FX3 ont identifié six profils psychologiques adaptés aux missions du commando. Chaque profil est très particulier et définit presque intégralement la nature, le comportement et les capacités de chaque membre du FX3 :


- Ancien homme d’affaires ou dirigeant économique, le bankster n’a reculé devant aucun crime pour accumuler pouvoir et argent. Rusé et la langue fourchue, il est malheureusement très doué pour obtenir ce qu’il veut des autres à leurs dépens.

- Fou, fanatique, mais parfois très cultivé, le cultiste a commis des atrocités au nom d’une divinité oubliée ou d’une secte. Il ne voit pas le monde comme les autres, et trouve parfois des solutions inédites et efficaces.

- Braqueur de banques, trafiquant de drogue ou tueur professionnel, l’ennemi public a le crime dans le sang. Il est à l’aise en costume trois-pièces, dans une voiture volée ou le fusil à pompe à la main, et il garde son sang-froid en toute occasion.

- Agent du gouvernement prêt à tout pour accomplir son devoir, voire pire (chantage, torture, assassinat, trafic, etc.), l’extrémiste est devenu pire que ceux qu’il traquait. Brutal et efficace, il sait mener les enquêtes, arme au poing.


- Le psycho a du sang sur les mains. Beaucoup de sang. Et il ne sait pas toujours pourquoi. Ce tueur en série connaît tellement de façons de tuer les gens qu’il pourrait écrire une encyclopédie sur le sujet, ou être recruté par le FX3 !

- Ancien des forces spéciales, le salopard s’est laissé emporter par la folie de la guerre. Il a tué, trop pour retrouver une vie normale ou continuer à pouvoir suivre les ordres. Expert des fusillades et de la destruction à grande échelle, le salopard est le bras armé du FX3."


Présentation du livre de base :

Le livre se découpe en 3 parties. Les règles (86 pages) contiennent la création de personnage, les règles de base, les profils, le combat. Le background court sur 54 pages avec la présentation d’Hellcity, de la Fosse, de l’Enfer. La dernière partie réunit les secrets du MJ (12 pages) et un scénario, nommé Voyage en Enfer (18 pages), conçu comme un prologue, décrivant l’arrivée des PJ en Enfer.

Fiche technique

Type : Livre de base Jeu de rôle
Format : Livre de 176 pages (16 x 23 cm), couverture souple
Auteur(s) : Arnaud Cuidet
Illustrations : Tania Sanchez-Fortun
Éditeur : Les 12 singes
Édition Française : Oui
P.P.C. : 29,90 euros


Faust Commando
Fight Fire With Fire

Description :

"Les Enfers existaient déjà avant l’avènement de l’humanité. Malgré les guerres et les cataclysmes qui s’y sont déroulés, une formidable population s’est entassée ici, issue de toutes les époques, mais partageant un point commun : la Damnation.

Le livre II contient :
Des conseils pour rendre vos parties inoubliables ;
Les règles de la magie noire ;
Les fiches d’habitants de HellCity armés et déterminés ;
Et un scénario inédit : Plan B.
Il est accompagné de l’écran du meneur de jeu et d’une carte en couleurs de HellCity."

Fiche technique

Type : Ecran, kit meneur Jeu de rôle
Format : Livre de 64 pages (16 x 23 cm), couverture souple, son écran souple 4 volets, et sa carte couleur (30 x 68 cm)
Auteur(s) : Arnaud Cuidet
Illustrations : Tania Sanchez-Fortun
Éditeur : Les 12 singes
Édition Française : Oui
P.P.C. : 25 euros


Faust Commando
Dossiers de Missions #01

Description :

"Ce supplément contient deux missions prêtes à jouer (NM 18-22). Elles entraînent les PJ au-delà de Fosse et de la bordure de Ville rouge. Elles les confrontent aux serviteurs de Belzébuth, le Prince des mensonges, chargé par Satan d’enquêter sur le Faust Commando.

- Cavale diabolique : un renégat détient des informations vitales pour l’Empire infernal… sur le Faust Commando ! Les PJ doivent prendre de vitesse les autres Diables, sans se faire repérer par les serviteurs de Belzébuth.

- HellCity by night : cette mission relève de l’initiative des PJ alors qu’ils se familiarisent avec la ville en accumulant des informations stratégiques pour remplir leur objectif. Elle leur met le pied à l’étrier dans leur infiltration de la société infernale."

Fiche technique

Type : Recueil de scénarios
Format : Livre de 32 pages (16 x 23 cm), couverture souple
Auteur(s) : Arnaud Cuidet
Illustrations : Tania Sanchez-Fortun
Éditeur : Les 12 singes
Édition Française : Oui
P.P.C. : 9,90 euros


Faust Commando
Hellcity volume 1

Description :

"De jour comme de nuit, des centaines de milliers d’âmes envahissent les rues pour rejoindre leur lieu de travail. Aux heures de pointe, le bruit des klaxons rivalise avec celui des passants énervés dont le visage est parfois masqué pour se prémunir de la fumée noire nauséabonde qui sort des pots d’échappement. Au-dessus de la foule, des drones ressemblant à des mouches patrouillent lentement à la recherche de Damnés ou de Diables qui auraient enfreint la loi imposée par l’Empire.

Ce supplément sur HellCity contient une présentation des six districts municipaux, la « ville lumière » en somme, qui se déploient tout autour d’Anti-B. Tour à tour, découvrez le HellCity que tout le monde connaît, puis prenez connaissance de leurs secrets."

Fiche technique

Type : Supplément de contexte
Format : Livre de 144 pages (16 x 23 cm), couverture souple
Auteur(s) : Nicolas Guérin
Illustrations : Tania Sanchez-Fortun, Émilien François
Éditeur : Les 12 singes
Édition Française : Oui
P.P.C. : 28 euros


Faust Commando
Hellcity volume 2

Description :

"Moi, Satan, Empereur de l’Enfer, déclare que dorénavant certains districts de mon Empire seront qualifiés d’interdits.
Ces lieux sont la possession de l’Empire et y pénétrer sans autorisation sera puni de mort. J’autorise mes légions infernales à tirer sur tous ceux qui oseraient défier mon autorité et s’aventureraient dans ces districts.

Ce supplément sur HellCity contient une présentation des six districts interdits, ces zones de guerre qui portent les stigmates de conflits internes ou qui reflètent l’antique cité de Dis. Le FX3 s’y aventure pour en apprendre davantage sur les secrets de l’Enfer à ses risques et périls !"

Fiche technique

Type : Supplément de contexte
Format : Livre de 144 pages (16 x 23 cm), couverture souple
Auteur(s) : Nicolas Guérin
Illustrations : Tania Sanchez-Fortun, Émilien François
Éditeur : Les 12 singes
Édition Française : Oui
P.P.C. : 28 euros


Le verdict sur la gamme :

Inspiré, entre autres, de Hellboy, Faust Commando est une production symbolique des 12 singes. Dans une présentation en livret, rapide et simple d’accès, le jeu s’articule sur une idée originale et une exécution tournée vers les parties plus que sur une description clinique et exhaustive des choses. Ici, peu de discours inutile, mais toujours un recentrage sur ce qui sera utile au MJ. Un exemple parfait de cela demeure la description en 2 volumes de Hellcity, lieu et personnage central du jeu. Secteur par secteur, on prend le pou de cette bête rampante avec délectation et le MJ se délecte de toutes les idées qui y pullule. On aurait adoré voir un descriptif aussi utile d’une autre ville emblématique du JdR, Berlin XVIII.



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Kero : La critique du jeu de plateau qui sent le kérosène
Tiny : La critique du jeu de rôle
Faust Commando : La critique du Jeu de Rôle jusqu’au bout (...)
Hexagon Universe : La critique du JdR inspiré de la BD populaire (...)
Netflix - Bandes annonces : 19 septembre 2018
Albin-Michel : Lancement de la collection Imaginaire
La nonne : La critique
Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Bandes Annonces & Co : 19 septembre 2018
Captain Marvel : Enfin la première bande annonce
Star Trek : Rainn Wilson tease le retour d’Harry (...)
Doom Patrol : Robotman se montre
Le retour de Mary Poppins : La nouvelle bande annonce
Climax : La critique