129 connectés

Pulsar 2849 : La critique du jeu de plateau

Date : 23 / 06 / 2018 à 09h00
Sources :

Unification France


Pulsar 2849
Inscrivez votre nom parmi les étoiles

Description :
"L’énergie du futur !
Nous sommes en 2849, à l’aube d’une incroyable émergence d’énergie stellaire. Des sociétés rivales ont positionné leurs navettes d’exploration aux abords d’un amas d’étoiles riche en pulsars et elles sont prêtes à en exploiter les richesses. À la tête de ces sociétés, les joueurs vont s’efforcer d’étendre leur influence en construisant de larges mégastructures spatiales."

Le visuel de la boîte et son contenu :
Dans une belle boîte, bien lourde, on retrouve un matériel très nombreux : 14 plateaux, 10 dés, 65 tuiles diverses, 120 jetons Joueur (30 par couleur), 12 navettes, 24 anneaux Pulsar (6 par couleur), 30 jetons Girodyne (10 de chaque type), 33 jetons divers, 25 cubes Ingénierie, 7 marqueurs divers, 1 livret de règles, 1 guide des Technologies, 4 aides de jeu.
Le plateau de jeu, une fois installé, est énorme. Les couleurs sont un peu flashy, mais il fallait bien cela pour la lisibilité du plateau.

Le déroulement d’une partie :
Sur 8 tours, on lance tous les dés gris et chacun son tour, les joueurs, choisissent un dé qu’ils doivent payer par rapport à une valeur médiane (facilement calculée selon le nombre de dés et de valeur faciale obtenus).
Dans la seconde phase du tour, on effectue ses actions : Exploration (se déplacer de la valeur du dé que l’on veut utiliser) on peut coloniser les planètes et pulsars en chemin (en payant, mais afin de récupérer des revenus à chaque tour), Construire ou améliorer un transmetteur (coûts et bénéfices différents), développer des technologies (de nouvelles technologies seront disponibles à chaque nouveau tour), développer son QG (pour débloquer les bonus et capacités. Il faut aussi préciser que des modificateurs sont disponibles pour modifier certains dés et qu’il est possible de copier la valeur d’un dé en dépensant des cubes de ressources ingénieur.
La 3ème phase, la phase de production. Selon ce que l’on a dépensé pour acheter les dés, l’initiative du prochain tour est repensée, et chacun gagne des cubes ingénieurs selon sa position, ainsi que des revenus grâce à toutes les constructions, planètes qu’il a sous son girond. Puis, on recommence.
Pour résumer : on draft donc les dés, qui nous permettront de payer les actions ensuite.

Le verdict :
Pulsar 2849 est très stratégique mais surtout très bien pensé, avec une foule de choses possibles à faire. Le système de draft de dés est très original et les objectifs très variés. Le matériel est énorme et permet une grande rejouabilité. Les différentes façons de gagner, en privilégiant tel ou tel type de jeu, sont parfaitement équilibrées, ce qui est une prouesse. Ce jeu fait beaucoup penser à Grand Austria Hotel que j’ai testé ici, mais en plus vaste et moins austère. Un jeu pour qui aime réfléchir et explorer toutes sortes de stratégies.

Fiche technique

Type : Jeu de plateau
Format : Boîte de jeu
Auteur(s) : Vladimír Suchý
Éditeur : Iello
Illustrations : Sören Meding
Nombre de joueurs : 2 à 4
Age des joueurs : 14 ans et plus
Durée moyenne d’une partie : 90 minutes
Edition Française : Oui
Extensions disponibles : Non
Prix habituellement constaté : Moins de 45 euros





Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Wulin : La critique de la gamme de JdR entre Tigres et (...)
One% : la critique du jeu de rôle motorpunk
Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Kero : La critique du jeu de plateau qui sent le kérosène
Tiny : La critique du jeu de rôle
Star Wars : Bob Iger annonce une perturbation dans la (...)
The Joker : Premier aperçu du Joker
Justice League : Des concepts arts dévoilés
L’ombre d’Emilie : La critique
Trailers voDvd & co : 23 septembre 2018
Alan Wake : Une série TV en préparation
Ki-oon : Les sorties de septembre 2018
Netflix - Bandes annonces : 23 septembre 2018
Doctor Who : Une nouvelle photo méga-colorée pour la saison (...)
Ça Chapitre 2 : Nouvelles photos de Bill Skarsgård sur les (...)