339 connectés

Lesson of the Evil : La critique de la série

Date : 21 / 06 / 2018 à 08h30
Sources :

Unification


Lesson of the Evil
Tomes 1 à 9

  • Scénario : Yûsuke Kishi
  • Dessin : Eiji Karasuyama
  • Editeur : Kana
  • Collection : Big Kana
  • Date de sortie : 3 juillet 2015 à 4 novembre 2016
  • Nombre de pages : 192
  • ISBN : 9782505063902, 9782505063919, 9782505063926, 9782505063933, 9782505063940, 9782505065630, 9782505065647, 9782505065678 et 9782505065746
  • Format : 127 x 180 mm
  • Prix : 7,45 €

Un monstre... Une classe... La chasse est ouverte !

Les professeurs, les élèves, les parents : ce sont tous des monstres.
Le lycée devient un terrain de chasse où seule règne la loi du plus fort.
Pour résoudre des problèmes devenus de plus en plus fréquents, un professeur d’anglais particulièrement habile manœuvre en secret...
Seiji Hasumi est prêt à tout pour arriver à ses fins.

Décryptage

Lesson of the Evil est une très bonne série en 9 volumes présentant un professeur de lycée charmant de prime abord, avant de se révéler monstrueux.

Une jeune fille, ayant la capacité de ressentir les personnes maléfiques, va vite deviner que son abord ouvert cache un cœur bien sombre, tout comme certains autres membres de l’enseignement de son école. On va suivre cette dernière alors que des événements étranges se passent concernant des élèves de sa classe.

L’œuvre montre d’ailleurs souvent le point de vue du professeur et la découverte de la vraie nature de ce dernier, et de ses pensées les plus intimes, est de plus en plus inquiétante et rend le manga anxiogène à souhait.

Tous les éléments de la vie scolaire traditionnelle sont présentés dans le récit, entre voyage scolaire, festivités, examens... Mais ces derniers s’entachent de malaise, alors que certains évènements dégénèrent et que les morts étranges commencent à s’accumuler.

Le rythme du très bon récit de Yûsuke Kishi s’accélère vraiment dans le dernier tiers et réserve de grandes poussées d’adrénaline alors que la véritable personnalité du professeur se dévoile dans toute sa sombre horreur. L’auteur distille moments intenses et passages plus tranquilles afin de repartir d’encore plus bel sur des bases néfastes.

On ne s’ennuie jamais en lisant ce récit crépusculaire, et l’on ne peut qu’espérer que son, ou ses personnages préférés, survivent aux leçons, sans rattrapages, de ce psychopathe si avenant.

Le très beau dessin d’Eiji Karasuyama rend le récit encore plus horrible. Ce dernier réussit à rendre attachant nombre de personnages. Et il rend parfaitement troublant le professeur sans conscience. Les scènes de brutalité tranchent souvent avec une ambiance plus shojo et les morts sont de temps en temps vraiment surprenantes. D’autant qu’un jeu du chat et de la souris mortel s’engage progressivement entre des élèves que personne ne veux écouter et un professeur respecté de tous.

La série se lit d’une traite et le potentiel de relecture est important. En effet, entre indices distillés entre les tomes, et personnalité des uns et des autres s’expliquant à l’aune des rebondissements survenant, on ne relit pas de la même manière les mangas.

Le très beau dessin, l’héroïne pugnace, le méchant charismatique et le récit aux multiples coups de théâtre font de Lesson of the Evil un manga à lire, et assurément une leçon à retenir.

Lesson of the Evil



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Nains : La critique du tome 7
14 - 18 : La critique du tome 10
Nains : La critique du tome 6
Black Magick : La critique du tome 1
Shadow of the Tomb Raider : La critique de l’artbook (...)
Aquaman : La bande annonce finale
Flash : Ezra Miller continue à confirmer le film
Westworld : L’ouest s’en relèvera
Les voyageurs du temps : Une date pour la saison 3
Supergirl : On sait qui jouera Lex Luthor
Bios & Project Blue Book : Retour à la science-fiction pour (...)
Les filles du soleil : La critique
Mortal Engines : Le 2 premiers tomes en grand format
Bärenpark : La critique du jeu de parc à ours
Bandes Annonces & Co : 20 novembre 2018