106 connectés

Cargo : La review du film Netflix

Date : 21 / 05 / 2018 à 12h00
Sources :

Unification


Cargo est un bon film d’infectés qui ressemblent plus à 28 jours plus tard, qu’à World War Z, tout en gardant des comportements plus proches des monstres de Zombies.

En Australie, une famille fuit une épidémie foudroyante et se retrouve en plein bush. Mais après avoir été contaminé, le père n’a plus que 48 heures pour trouver quelqu’un de confiance pour prendre soin de son bébé de quelques mois.

Le long métrage de Ben Howling, Yolanda Ramke est très intimiste. Il se focalise principalement sur les tribulations de son personnage principal qui va croiser quelques personnes pas toujours recommandables.

Les infectés ne sont pas non plus très nombreux dans cet endroit un peu retiré du monde. Des maquillages intéressants leur sont appliqués et leur comportement sort un peu des canons de ce genre de production.

L’histoire de Yolanda Ramke utilise à merveille les magnifiques paysages australiens, tant la rivière que les lieux vallonnés ou désertiques. Elle crée une œuvre intimiste et introspective alliant à un récit poignant une pointe de thriller horrifique.

C’est l’interprétation de Martin Freeman qui retient l’attention. Ce dernier porte avec aisance un film montrant la fin d’un monde et la déchéance physique et mentale de l’homme qu’il interprète. Le duo qu’il forme avec la jeune actrice Simone Landers fonctionne très bien et leurs aventures périlleuses sont passionnantes à suivre.

La photographie de Geoffrey Simpson fait vraiment bien ressortir la magnifique luminosité des paysages, ce qui crée un parfait contraste entre un environnement millénaire et la dégénérescence de l’espèce humaine.

Cargo est une œuvre d’infectée différente, montrant non pas la survie du personnage principal, mais sa lutte pour sauver ce qu’il aime le plus. Le traitement de l’histoire met aussi en avant d’une belle façon les aborigènes australiens représentant d’une certaine façon la survie de l’humanité.

Avec un acteur touchant et convaincant, des images envoûtantes et l’utilisation intelligente par les réalisateurs de la suggestion, plutôt que le gore, pour montrer l’horreur de la fin d’un monde le long métrage pourrait décevoir les amateurs d’action et d’horreur, mais est une belle réflexion sur l’amour et la résilience.
Poignant et révélateur des comportements humains.

SYNOPSIS

Quand il se retrouve infecté, Andy sait qu’il a 48 heures avant de se transformer. Deux jours durant lesquels il va tenter de trouver une personne de confiance pour s’occuper de son bébé...

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 45
- Titre original : Cargo
- Date de sortie : 18/05/2018
- Réalisateur : Ben Howling, Yolanda Ramke
- Scénariste : Yolanda Ramke
- Interprètes : Martin Freeman, Simone Landers, Anthony Hayes, Caren Pistorius, Kris McQuade, Susie Porter, Natasha Wanganeen
- Photographie : Geoffrey Simpson
- Montage : Dany Cooper, Sean Lahiff
- Costumes : Heather Wallace
- Décors : Josephine Ford
- Producteur : Russell Ackerman, Kristina Ceyton, John Schoenfelder pour Causeway Films
- Distributeur : Netflix France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Cargo



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Le Bon Apôtre : La review du film Netflix
Un 22 juillet : La review du film Netflix
Doctor Who : Review 11.01 The Woman Who Fell to Earth
Manifest : Review 1.03 Turbulence
The First : Review des épisodes 1 à 6
The Predator : La critique
Star Trek Discovery : Ethan Peck & Anson Mount parlent de (...)
Asterix et le secret de la potion magique : La bande (...)
Black Panther 2 : Ryan Coogler de retour à la réalisation
Le Bon Apôtre : La review du film Netflix
Spider-Man Far From Home : Michael Giacchino de retour à la (...)
True Detective : Une date et des photos pour la saison (...)
Otages à Entebbe [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
L’art de se prendre les murs : Une nouvelle vision de Peter (...)
Pyramid of Pengqueen : La réédition d’un grand classique du (...)