126 connectés

Et mon cœur transparent : La critique

Date : 14 / 05 / 2018 à 10h30
Sources :

Unification


Et mon cœur transparent est l’adaptation du roman éponyme de Véronique Ovaldé centré sur la quête d’un homme découvrant à la mort de sa femme qu’elle n’était pas ce qu’elle semblait être.

En effet, en plein deuil, un mari voit des enquêteurs lui dévoiler des choses troublantes sur sa femme disparue dans un étrange accident de voiture. Ce dernier va alors chercher à découvrir qui était cette inconnue partageant sa vie depuis des années.

L’histoire est vécue à travers le personnage principal. Mais il faut avouer que le récit a des longueurs et que les atermoiements du personnage, qui doivent bien passer sur papier, sont moins convaincants sur grand écran. Il reste toutefois une intrigue policière prenante et une belle histoire d’amour poignante.

L’acteur principal, Julien Boisselier, est excellent. Il incarne fort bien un homme amoureux déterminé à savoir la vérité. Et réussit à capter l’attention, même dans des passages contemplatifs.

Les autres acteurs sont aussi bien choisis avec Magaly Berdy très juste en policière tenace, Serge Riaboukine surprenant en voisin entreprenant et Caterina Murino intrigante en épouse décédée.

La mise en scène de Raphaël Vital-Durand et David Vital-Durand est très intéressante. Avec le comédien principal, c’est vraiment le point fort du long métrage. Inspirée et parfois déconstruite, la réalisation nous entraîne sur de curieux chemins qu’une fin un peu décevante vient ternir.

Il faut, de plus, saluer le très beau travail sur la photographie de Jérôme Robert magnifiant les paysages du sud de la France. Et le montage précis de Richard Marizy qui dynamise un peu l’intrigue.

Et mon cœur transparent est une œuvre qui a de nombreuses qualités, mais laisse un peu sur sa faim. Transposer une histoire intimiste vécue à travers une seule personne n’est pas chose aisée, et l’exercice de style n’est pas entièrement concluant. Toutefois, une mise en scène brillante et un grand numéro d’acteur viennent rehausser une histoire pas toujours captivante.

Intriguant et touchant.

IA

Et mon cœur transparent est l’adaptation du roman éponyme paru en 2008. Cela se voit dans le parti-pris de la narration qui prend le temps, peut-être un peu trop d’ailleurs, de poser chaque situation.

Le récit démarre comme une folle histoire d’amour improbable entre Lancelot Rubinstein, un homme anesthésié par la vie, et Irina, une femme mystérieuse dotée d’un extraordinaire sex-appeal. Malheureusement, cette dernière va mourir de manière tragique et inattendue, ce qui va amener Lancelot à enquêter sur le passé de sa femme.

La mise en scène est très travaillée et bénéficie d’une photographie chatoyante mettant en valeur les somptueux paysages qui composent l’intrigue.

Julien Boisselier est très surprenant dans le rôle de Lancelot, un personnage complexe pour lequel on a, il faut l’avouer, beaucoup de mal à s’identifier. Caterina Murino insuffle à Irina un charme fou qui fera se pâmer de nombreux spectateurs !

L’enquête de Lancelot pour comprendre les circonstances de la mort de sa femme compose l’essentiel de l’intrigue et il fallait donc que son déroulement parvienne à la fois à apporter des réponses et créer suffisamment de mystère pour donner envie au spectateur de connaître le climax qui clora l’intrigue.

Malheureusement, le récit finit par s’essouffler et, pour ma part, je n’ai pas trouvé que l’ultime révélation était à la hauteur des enjeux développé par l’intrigue. C’est dommage car Et mon cœur transparent ne manque pourtant pas de qualités et mérite qu’on s’y intéresse pour son ambiance unique, et son ambition formelle indéniable.

AN

SYNOPSIS

« Je m’appelle Lancelot Rubinstein, ma femme est morte ce jour-là, à cet instant précis. Elle s’appelait Irina. Le plus étrange dans cette histoire c’est de découvrir la personne avec laquelle on vit une fois qu’elle est morte. »

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 26
- Titre original : Et mon cœur transparent
- Date de sortie : 16/05/2018
- Réalisateur : Raphaël Vital-Durand, David Vital-Durand
- Scénariste : Stéphane Miquel, Raphaël Vital-Durand, David Vital-Durand d’après l’œuvre de Véronique Ovaldé
- Interprètes : Julien Boisselier, Caterina Murino, Serge Riaboukine, Sara Giraudeau, Magaly Berdy, Michel Bompoil, Michel Ferracci, Kelly Da Costa
- Photographie : Jérôme Robert
- Montage : Richard Marizy
- Musique : Erwan Coïc
- Costumes : Sandrine Bernard
- Décors : Benjamin Roth
- Producteur : blablabla pour Producteur délégué, Injam Production, Les Productions du Renard, Transparent Films, Convergence Films, Digital District
- Distributeur : Destiny Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Et mon cœur transparent



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


The Predator : La critique
The House That Jack Built : La critique
First Man : La critique
10 minutes : La critique
Yéti & Compagnie : La critique
The Predator : La critique
Star Trek Discovery : Ethan Peck & Anson Mount parlent de (...)
Asterix et le secret de la potion magique : La bande (...)
Black Panther 2 : Ryan Coogler de retour à la réalisation
Le Bon Apôtre : La review du film Netflix
Spider-Man Far From Home : Michael Giacchino de retour à la (...)
True Detective : Une date et des photos pour la saison (...)
Otages à Entebbe [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
L’art de se prendre les murs : Une nouvelle vision de Peter (...)
Pyramid of Pengqueen : La réédition d’un grand classique du (...)