500 connectés

Star Trek : Simon Pegg se confie sur l’expérience de tournage et de production de Star Trek Sans Limites

Date : 12 / 04 / 2018 à 13h00
Sources :

Build via Trek Movie


Pendant la campagne publicitaire pour Ready Player One, Simon Pegg (Scotty dans les nouveaux Star Trek) est revenu sur le dernier film, Star Trek Sans Limites, qu’il a co-écrit avec Doug Jung :

Sur son travail avec le réalisateur, Justin Lin, et les changement de dernière minute du scénario

Simon Pegg était anxieux d’avoir la responsabilité d’écrire un film de la franchise Star Trek, mais il est satisfait du résultat et du fait que le film soit différent d’un Star Trek classique. En revanche, il a déclaré avoir vécu une expérience « exaspérante » car tous deux n’arrivaient pas à communiquer facilement. Ecrire un nouveau scénario, (car Paramount avait refusé celui de Roberto Orci), et ce sans avoir de temps supplémentaire fut un challenge : Simon Pegg restait parfois jusqu’à minuit sur le plateau de tournage, afin de finir le scénario pour le lendemain, et se souvient très bien avoir envoyé un message à trois heures du matin à Chris Pine (Kirk) pour rectifier son texte.

Le problème avec l’homosexualité de Sulu

Simon Pegg ne se doutait pas que son choix scénaristique allait faire polémique. Il pensait que c’était plus pertinent de préciser l’orientation sexuelle d’un personnage déjà connu du public plutôt que d’en introduire un nouveau. D’autant plus que bon nombre de gens pensaient que le choix de Simon Pegg était un clin d’oeil au fait que l’acteur qui jouait Sulu dans la série originelle soit homosexuel.

Simon Pegg était exigeant sur le plateau de tournage

L’acteur l’avoue lui même et le justifie de la façon suivante : « Je suis un enfant des années 70, j’ai grandi avec Star Wars et Star Trek, et maintenant je joue dedans, ce qui est bizarre, mais ça me rend difficile sur le plateau. » Parce qu’en tant que fan, Simon Pegg voulait que le film soit parfait et rende justice à la saga originale.

Les méthodes de marketing de Paramount

Simon Pegg n’a pas été satisfait de la promotion du film. Il estimait qu’en 2016, année des 50 ans de la franchise Star Trek, il fallait rendre cet événement exceptionnel. Mais, la première bande annonce l’a particulièrement déçu : les monteurs ont utilisé une séquence (où la chanson Sabotage est utilisée) qui était supposée être une surprise pour le public ; de plus, elle rabaissait le film en le montrant comme un simple film d’action sans fond et plutôt bête.

La fatigue de Simon Pegg après Star Trek Sans Limites

Le film l’a tellement épuisé que Simon Pegg a avoué qu’il ne voulait pas reprendre le travail toute suite après. Il a donc appelé son agent et lui a demander de « ne pas l’appeler pendant six mois, à moins que Steven Spielberg ne l’appelle ». Ce qui est arrivé, pour jouer dans Ready Player One, dans lequel Simon Pegg incarne Ogden Morrow, le co-créateur du jeu en réalité augmentée : « l’Oasis ».

Dernier détail, dans le film Ready Player One, qui est plein de références à la pop-culture, figure une scène issue de l’univers de Star Trek.


Star Trek est Copyright © Paramount Pictures Tous droits réservés. Star Trek, ses personnages et photos de production sont la propriété de Paramount Pictures.



 Charte des commentaires 


Star Trek 4 : Karl Urban est confiant sur la bonne résolution des (...)
Star Trek 4 : Les pourparlers échouent avec Chris Pine et Chris (...)
Star Trek 4 : Danai Gurira est en lice pour Star Trek
Star Trek 4 & 5 : Zachary Quinto parle des progrès des (...)
Star Trek 4 : Jennifer Morrison serait-elle allée trop loin dans (...)
Star Trek : La série animée officiellement annoncée sur (...)
Game of Thrones : Bryan Cogman en a terminé avec Westeros
American Gods : Review 2.07 Treasure of the Sun
The 100 - Roswell New Mexico... : Renouvellements tout azimut (...)
Lucifer : La bande annonce de la saison 4
Coming Out : La critique
Les couples mythiques : Review 3.04 Ingrid Bergman & Roberto (...)
Utopia : Jeanine Serralles rejoint le remake d’Amazon
L’homme de l’année tome 12. 1927 : La critique
Last Heroes : La critique du jeu de cartes semi-coopératif