358 connectés

Strangers - Prey at Night : La critique

Date : 15 / 04 / 2018 à 13h45
Sources :

Unification


Strangers est un bon film d’horreur qui s’inspire des évènements vrais ayant contribué à la création du premier film The Strangers en 2008. Néanmoins, les deux histoires n’ont rien d’autre en commun.

Une famille va passer une nuit dans un motel en fin de saison touristique, donc désertique, à l’exception des membres de leur famille qui gèrent les lieux. Mais quelques jeunes gens masqués ont pris possession du site pour le transformer en terrain de jeu mortel. Et les personnages principaux vont devoir survivre à leur manière sanglante et létale de s’amuser.

Si le scénario n’a rien de révolutionnaire et reprend une trame classique des slashers, il installe une ambiance délétère et anxiogène et présente certaines séquences, notamment celle de la piscine, particulièrement réussies.

Le réalisateur Johannes Roberts exploite bien le récit et sait faire monter l’angoisse tout en réservant un certain lot de scary jump. Dommage que le final, par ailleurs spectaculaire, en fasse trop, alors que le reste de long métrage semble plausible, malgré quelques invraisemblances et raccourcis faciles.

Les comédiens sont plutôt justes. Les "méchants" réussissent à être convaincants et effrayants dans des rôles quasiment muets, avec des masques très bien trouvés. Les "gentils" sont aussi bien dans leurs rôles. On prendra plaisir à retrouver Christina Hendricks dans un personnage de mère de famille aimante ne mettant pas en avant ses atouts physiques.

Il faut souligner le très beau travail sur les décors de Freddy Waff. Les lieux ont entièrement été créés artificiellement et possèdent une véritable âme. La place participe pleinement à l’ambiance du récit et le très beau travail sur les lumières bien capté par Ryan Samul renforce l’effet d’oppression s’échappant de ce huit clos en très grande partie en pleine nature.

Strangers est un film réussi qui maintient une certaine tension et fait passer un bon moment. Avec une réalisation efficace, quelques scènes très prenantes et un face-à-face saignant entre des jeunes gens et des attaquants sans pitié, on passe un bon moment et on compte avec plaisir les points marqués de chaque côté.

Tranchant et mortel.

SYNOPSIS

Une famille s’arrête pour la nuit dans un parc de mobile home isolé qui semble complètement désert. Une jeune femme étrange frappe à leur porte…. C’est le début d’une terrible nuit d’horreur : pris pour cible et poursuivis sans relâche par trois tueurs masqués, chacun devra lutter pour sauver sa peau dans un jeu de cache-cache impitoyable.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 25
- Titre original : Strangers : Prey at night
- Date de sortie : 18/04/2018
- Réalisateur : Johannes Roberts
- Scénariste : Ben Ketai, Bryan Bertino d’après l’œuvre de Bryan Bertino
- Interprètes : Bailee Madison, Christina Hendricks, Martin Henderson, Emma Bellomy, Lewis Pullman, Damian Maffei, Preston Sadleir
- Photographie : Ryan Samul
- Montage : Martin Brinkler
- Musique : Adrian Johnston
- Costumes : Carla Shivener
- Décors : Freddy Waff
- Producteur : Ryan Kavanaugh, Nathan Kahane, Roy Lee, Doug Davison pour Rogue Pictures
- Distributeur : Paramount Pictures France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Strangers : Prey at night



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Une femme heureuse : La critique
Marion : La critique
Game Night : La critique
Strangers - Prey at Night : La critique
My Wonder Woman : La critique
Glénat présente : Les années Cabu Le grand Duduche
Le plein de jeux apéritif : Les éditions de La Haute (...)
Bandes Annonces & Co : 22 avril 2018
Game of Thrones : Les coulisses avec Emilia Clarke
Batman : Des images inédites du Batman d’Adam West
Maléfique 2 : Ed Skerein retenu pour jouer le méchant du deuxième (...)
God of War : La critique du jeu vidéo le plus attendu de (...)
Equalizer 2 : La première bande annonce
Une femme heureuse : La critique
Grand Macaron et la grève intergalactique