228 connectés

9 Doigts : La critique

Date : 19 / 03 / 2018 à 10h45
Sources :

Unification


9 Doigts est un long métrage français montrant bien la maîtrise scénique du réalisateur Francois-Jacques Ossang qui a d’ailleurs remporte le prix du meilleur réalisateur au Festival de Locarno.

Ce dernier met en place des scènes très belles, rappelant parfois ce que l’on voit au théâtre. Très stylisé et ne laissant rien au hasard, il s’appuie sur la sublime photographie de Simon Roca pour jouer complètement sur un registre de plus en plus onirique, voir cauchemardesque.

Cette formidable photographie en noir et blanc et vraiment envoûtante et fait planer sur le long métrage une atmosphère dense.

Néanmoins une œuvre, aussi belle visuellement qu’elle soit, sans scénario est rédhibitoire pour moi, surtout quand le film dure 1h38 et qu’à la fin, on se demande finalement de quoi parlait l’histoire et qu’elle en était son intérêt intrinsèque.

D’autant que les répliques parfois verbeuses et sans intérêts sont échangés par des protagonistes dont on se moque rapidement des atermoiements.

L’emballage est beau, mais sans chaleur ni âme. Et les acteurs récitent leurs partitions dans un choix, sans doute assumé, de théâtralisation.

Ensommeillé par le ronron de leur discussion, on peut laisser l’esprit vaquer sur la réalisation et l’image, ces dernières réservant de belles leçons de cinéma. Mais si on vient voir le film pour se divertir ou passer un bon moment, on risque de complètement passer à côté de ce domaine technique et de trouver le temps très long.

9 Doigts est un film qui ne s’adresse clairement pas à tout le monde. Les amateurs du réalisateur prendront plaisir à découvrir sa dernière œuvre. Je ne peux néanmoins pas la conseiller à un public voulant découvrir un film qui se tient.

Métaphorique, imagé, abscons, certes, cela fait travailler l’imagination, mais un véritable scénario reste, à mes yeux, ce que j’apprécie le plus dans un long métrage et m’a souvent donné plus de plaisir qu’un beau visuel.

Superbe visiblement et fatiguant.

SYNOPSIS

9 doigts commence à la manière d’un film noir : la nuit, dans une gare, un homme du nom de Magloire prend la fuite. Sans bagages et sans avenir. Comme il tombe sur un paquet d’argent, les ennuis commencent. Une bande est à ses trousses, dont il finit otage, puis complice. C’est la bande de Kurtz. Suite à un braquage raté, ils embarquent tous à bord d’un cargo dont le tonnage suspect est aussi volatile que mortifère. Rien ne se passe comme prévu - le poison et la folie gagnent le bord. Les hommes de Kurtz s’avèrent être les jouets d’une machination conduite par le mystérieux "9 Doigts".

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 38
- Titre original : 9 Doigts
- Date de sortie : 21/03/2018
- Réalisateur : Francois-Jacques Ossang
- Scénariste : Francois-Jacques Ossang
- Interprètes : Paul Hamy, Damien Bonnard, Gaspard Ulliel, Pascal Greggory, Alexis Manenti, Diogo Doria
- Photographie : Simon Roca
- Montage : Walter Mauriot
- Musique : Jack Belsen, M.K.B. Provisoire
- Costumes : Karin Charpentier
- Décors : Rafael Mathé
- Producteur : Sebastién Haguenauer, Luis Urbano pour 10:15 Productions, OSS / 100 Films et documents
- Distributeur : Capricci Films / Les Bookmakers

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

9 Doigts



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


The House That Jack Built : La critique
First Man : La critique
10 minutes : La critique
Yéti & Compagnie : La critique
Guantanamera : La critique
True Detective : Une date et des photos pour la saison (...)
Otages à Entebbe [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
L’art de se prendre les murs : Une nouvelle vision de Peter (...)
Pyramid of Pengqueen : La réédition d’un grand classique du (...)
Bandes Annonces & Co : 16 octobre 2018
Spider-Man Far From Home : Un nouveau costume pour l’homme (...)
Avengers 4 : Tournage bouclé et un nouveau méchant en vue ? (...)
Star Wars - The Mandalorian : Jon Favreau présente 2 nouvelles (...)
The House That Jack Built : La critique
The Umbrella Academy : Netflix dévoile la famille en (...)