342 connectés

Vengeance : La critique du jeu de plateau qui se mange froid

Date : 08 / 03 / 2018 à 07h45
Sources :

Unification France


Description :

Quelqu’un vous a fait du mal. Mais façon sévère et avec séquelles. Ce quelqu’un, c’est le big boss d’une bande criminelle. Yakuzas, mafia de l’est, tirez au sort, c’est le prélude (phase de préjudice) d’une partie de Vengeance. On va vous expliquer par le menu ce que vous ont infligé ce type et ses sbires.

Ensuite, c’est à votre tour de distribuer les coups ! Avec les autres joueurs, qui ont des cibles différentes, montez votre plan, à base de reconnaissances, de soins et d’amélioration (ça, c’est le draft de dés). Une fois prêt, foncez dans le repaire de vos bourreaux, piochez dans les dés lancés en commun et tentez de leur rendre la monnaie de leur pièce ! Chaque boss se coltine toute une clique et chaque élimination peut rapporter des points ! Évidemment, il est préférable de dessouder tout ce beau monde avant les autres joueurs, ce n’est pas de la coopération.

Le visuel de la boîte et son contenu :

Nous tenons entre nos mains une énorme et lourde boîte qui contient plein de belles choses : des figurines finement détaillées (les personnages et ennemis), des tuiles de lieu, des dés spéciaux, des jetons et cubes ainsi que de nombreuses cartes et fiches de personnages. Le tout est de bonne qualité.

Le déroulement d’une partie :

Chaque personnage a donc sa propre fiche de compétences : Esprit, Talent et Santé, qui désigneront le nombre de dés que l’on peut jeter, les points de vie etc... (classique), chaque fiche de personnage résume aussi le tour de jeu (c’est toujours pratique) et les améliorations que l’on peut lui apporter en cours de partie (dont une spéciale). Chose originale, les mini cartes de montage sont à ajouter à la fiche de personnage et qui apporteront d’autres possibilités (vitesse, reconnaissance, gains...). On aura aussi tiré des cartes Vengeance sous forme de draft (on choisit une carte, puis on passe le paquet à un autre joueur qui en choisit une parmi celles qui reste, puis qui passe le paquet à un autre etc...). Ces cartes représentent des boss à éliminer pour obtenir les points de victoire finale, pour cela vous avez aussi des objectifs. Durant les différentes phases de jeu, vous gérerez les conséquences des actions de vos ennemis ou Préjudices (techniquement vous jouez des cartes qui vous apportent d’abord des malus), puis ferez le montage, tout le monde lance ses dés de stress et chacun choisit ses dés, toujours avec ce système de draft (les dés vous permettent d’acheter des cartes du mini deck de montage, des compétences ou des armes, des bonus donc). La phase de combat commence alors, il faudra faire une reconnaissance des boss disposés face cachés sur les lieux pour savoir qui vous avez plus d’intérêt à aller bastonner (tout le monde ne vous a pas fait du mal non plus), puis on lance les dés de combat pour voir ce qu’il se passe, sous la pression d’un petit sablier de 3 minutes.

La première extension - le Clan Rosari :

La vengeance est un plat qui se mange froid. Jusqu’à 5, grâce à cette extension. Si elle autorise un éventuel 5e redresseur de torts, elle introduit également le Révérend Gray, le prêtre local qui imbibe son rosaire de mauvais whisky. La foi dans une main, un flingue dans l’autre, il tient tête au clan Rosari, des joueurs de machette couverts de tatouages des pieds à la tête.

Pas sûr que l’eau bénite suffise à nettoyer ces vilaines peaux…

Verdict :

Une ambiance Tarentino bien rendue dans ce jeu à thème. Le jeu tourne très bien avec un système touffu et pourtant très théâtral autour de la table. Si le jeu est jouable seul (avec un deck de cartes spéciales), l’on perd cet aspect ambiance mais le jeu tactique est bien présent et la lecture du background rend l’immersion fort sympathique.

Fiche technique :
Type : Jeu de plateau
Format : Boîte de jeu
Auteur(s) : Gordon Calleja
Illustrations : Axel Torvenius
Editeur : Edge
Nombre de joueurs : 1 à 4
Age des joueurs : 14 ans et plus
Durée moyenne d’une partie : 30 - 120 minutes
Edition Française : Oui
Extensions disponibles : oui, une pour l’instant
Prix habituellement constaté : Moins de 90 euros pour la boite de base et moins de 40 euros pour l’extension.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Kero : La critique du jeu de plateau qui sent le kérosène
Tiny : La critique du jeu de rôle
Faust Commando : La critique du Jeu de Rôle jusqu’au bout (...)
Hexagon Universe : La critique du JdR inspiré de la BD populaire (...)
Captain Marvel : Plus haut, plus loin, plus vite
Charlie’s Angels : Patrick Stewart au casting du reboot des (...)
Red Sonja : Bryan Singer à la réalisation ?
Bojack Horseman : Review saison 5
Netflix - Bandes annonces : 19 septembre 2018
Albin-Michel : Lancement de la collection Imaginaire
La nonne : La critique
Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Bandes Annonces & Co : 19 septembre 2018
Captain Marvel : Enfin la première bande annonce