189 connectés

Le jour de mon retour : La critique

Date : 03 / 03 / 2018 à 12h00
Sources :

Unification


Le jour de mon retour est le biopic d’un navigateur amateur essayant de réaliser le premier tour du monde sans escale en solitaire sur un bateau pas encore complètement fini.

En 1968, deux prix sont offerts aux navigateurs finissant soit le premier le tour du Terre en solitaire, soit en allant le plus vite dans cette épreuve. Un inventeur, navigateur amateur, va réussir à trouver un financement pour se faire faire un bateau contenant plusieurs de ses inventions. Ce dernier, utilisant des techniques révolutionnaires, est sur le papier le plus rapide. Mais encore faut-il qu’il soit fonctionnel et barré d’une main experte.

La première partie se concentre donc sur la mise en place de ce départ. Puis, c’est l’homme que l’on suit, balloté au cœur de son bateau et confronté à des problèmes de plus en plus nombreux.

Il faut saluer l’interprétation magistrale de cet homme dépassé par l’enjeu de la course et confronté à de mauvaises décisions par Colin Firth. Le comédien est très juste. Il retransmet formidablement son tête-à-tête avec la solitude et la mer. Un point central dans l’intrigue qui montre bien l’atteinte mentale ressentie par des navigateurs isolés. Surtout à une époque sans satellites pour maintenir un contact constant avec la terre. Le reste du casting est aussi très bon, notamment Rachel Weisz en femme aimante.

L’histoire vraie est traitée avec une grande sobriété, montrant la passion et le courage d’un homme, ainsi que ses atermoiements liés aux mensonges qu’il a raconté durant un périple voyant les concurrents abandonner les uns après les autres.

La reconstitution de l’époque est très réaliste et le bateau est vraiment bien fait, donnant au spectateur l’impression d’être à la dérive au sein d’un océan de bleu.

James Marsh filme son récit comme un véritable thriller, qui a d’autant plus d’impact si on ne connaît pas déjà le voyage de Donald Crowhurst à travers le monde. Soutenu par une agréable bande originale de Jóhann Jóhannsson et une photographie très propre d’Eric Gautier, l’impact émotionnel du personnage principal est très grand et ce dernier vraiment touchant.

Le jour de mon retour est une très belle histoire méritant vraiment d’être conté par un film. Le récit poignant d’un homme dévoué à sa passion et dépassé par des évènements qu’il a mis en place. L’œuvre présente fort bien la solitude du marin, et l’impact des médias sur les décisions que l’on peut prendre lorsqu’on se retrouve au cœur des informations. Une leçon à méditer, bien mise en valeur par une réalisation très propre et un acteur superbe.

Palpitant et émouvant.

SYNOPSIS

1968. Donald Crowhurst, un homme d’affaires anglais, passionné par la voile, est au bord de la faillite. Pour sauver son entreprise et vivre l’aventure dont il rêve depuis toujours, il décide de participer à la première course à la voile en solitaire pour remporter le grand prix. Soutenu par sa femme et ses enfants, il se lance alors dans cette incroyable odyssée à travers les mers du monde. Mais mal préparé et face à lui-même, Crowhurst rencontre très vite de graves difficultés…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 42
- Titre original : The Mercy
- Date de sortie : 07/03/2018
- Réalisateur : James Marsh
- Scénariste : Scott Z. Burns
- Interprètes : Colin Firth, Rachel Weisz, David Thewlis, Ken Stott, Jonathan Bailey, Adrian Schiller, Oliver Maltman, Kit Connor
- Photographie : Eric Gautier
- Montage : Jinx Godfrey
- Musique : Jóhann Jóhannsson
- Costumes : Jinx Godfrey, Joan Sobel
- Décors : Robert Wischhusen-Hayes, John Henson
- Producteur : Peter Czernin, Graham Broadbent, Scott Z. Burns, Nicolas Mauvernay, Jacques Perrin pour BBC Films, Studio Canal, Blueprint Pictures
- Distributeur : StudioCanal

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Le jour de mon retour



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Sans un bruit : La critique
Moi et le Che : La critique
Ocean’s 8 : La critique
Hérédité : La critique
Filles du feu : La critique
Sans un bruit : La critique
Wonder Woman 1984 : De nouvelles photos de Diana et de --- (...)
Black Panther : La magie numérique des paysages du Wakanda
Netflix - Bandes annonces : 17 juin 2018
Jurassic World Evolution : La critique du jeu vidéo
Ant-Man et la Guêpe : Marvel en couverture d’Empire
Bandes Annonces & Co : 17 juin 2018
Avengers - Infinity War : La première vague de concept-arts
5th Passenger : Une bande annonce réunit les star de Star (...)
Spider-Man : Le jeu vidéo sera intégré au canon avec une nouvelle (...)