308 connectés

La nuit a dévoré le monde : La critique

Date : 02 / 03 / 2018 à 11h30
Sources :

Unification


La nuit à dévoré le monde est l’adaptation du roman éponyme de Pit Agarmen (alias Martin Page) présentant une apocalypse zombie vécue par un survivant restant cloîtré.

En effet, un homme se réveille dans l’appartement de son ex-petite amie pour découvrir que tout le monde s’est transformé en mort-vivant avide de le grignoter. Il va alors s’enfermer dans son immeuble et le sécuriser alors que la vie humaine semble s’être arrêtée à l’extérieur.

Après quelques années sans ce type de monstres sur grand écran, le zombie semble ressusciter et vient à nouveau terrifier les vivants. Néanmoins, le drame intimiste de Dominique Rocher se centre sur un survivant et montre la dégradation psychique de ce dernier confronté au long écoulement des jours et à la diminution progressive de tout espoir d’un jour meilleur.

Anders Danielsen Lie est très bon en "héros" dépassé par les évènements. Ce dernier réussit à bien transcrire les différents états émotionnels par lesquels passe son personnage. À travers un rôle presque muet, le comédien fait bien ressentir l’angoisse d’une telle situation.

Dominique Rocher filme son œuvre d’une belle façon, mais beaucoup de temps morts et de redondances ont un impact sur le rythme et rapidement le long métrage devient un peu fastidieux, malgré quelques rebondissements et une fin pas vraiment convaincante.

Il est aussi curieux de voir le personnage sans lien avec l’extérieur. Quelques téléphones portables ne faisant qu’une apparition au début, pas de radio, ni d’ordinateurs. Si ce manque de communications renforce l’enfermement du personnage vis-à-vis de l’extérieur, il rend son comportement à notre époque actuelle anachronique et laisse une impression semblant un peu faussée.

Le travail sur les décors de Sidney Dubois est intéressant. Ce dernier donne une véritable âme à l’immeuble dans lequel se passe l’intrigue, en faisant un personnage essentiel incontournable.

La nuit à dévoré le monde est un film de zombie intéressant et présentant d’une autre façon le quotidien d’un survivant voyant sa vie se dégrader au fur et à mesure que la solitude se fait de plus en plus intense. Avec une réalisation propre et un acteur convaincant, ce long métrage de genre est d’une facture correcte, mais ne laisse pas un souvenir impérissable.

Introspectif et sombre.

SYNOPSIS

En se réveillant ce matin dans cet appartement où la veille encore la fête battait son plein Sam doit se rendre à l’évidence : il est tout seul et des morts vivants ont envahi les rues de Paris. Terrorisé, il va devoir se protéger et s’organiser pour continuer à vivre. Mais Sam est-il vraiment le seul survivant ?

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 34
- Titre original : La nuit à dévoré le monde
- Date de sortie : 07/03/2018
- Réalisateur : Dominique Rocher
- Scénariste : Guillaume Lemans, Jérémie Guez, Dominique Rocher d’après l’œuvre de Pit Agarmen
- Interprètes : Anders Danielsen Lie, Golshifteh Farahani, Denis Lavant, Sigrid Bouaziz, David Kammenos
- Photographie : Jordane Chouzenoux
- Montage : Isabelle Manquillet
- Musique : David Gubitsch
- Costumes : Caroline Spieth
- Décors : Sidney Dubois
- Producteur : Carole Scotta pour Productrice, Haut et Court
- Distributeur : Haut et Court

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

La nuit à dévoré le monde


Crédit photo : Laurent Champoussin

crédit photo : Laurent Champoussin


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


La nonne : La critique
Climax : La critique
Leave no Trace : La critique
Avant l’aurore : La critique
Vaurien : La critique
La nonne : La critique
Le dirigeable du Professeur : La critique de l’Escape (...)
Bandes Annonces & Co : 19 septembre 2018
Captain Marvel : Enfin la première bande annonce
Star Trek : Rainn Wilson tease le retour d’Harry (...)
Doom Patrol : Robotman se montre
Le retour de Mary Poppins : La nouvelle bande annonce
Climax : La critique
The Conjuring 3 : Des dates pour le nouveau film
L’Étrange Festival 2018 : Un bilan bien étrange