219 connectés

Koyaanisqatsi : La critique

Date : 06 / 03 / 2018 à 10h45
Sources :

Unification


« Koyaanisqatsi provient du langage Hopi (une tribu d’amérindiens du nord-est de l’Arizona.) : Koyaanis » veut dire la folie, l’agitation, le déséquilibre, la désintégration ; « qatsi » veut dire la vie, le mode de vie : littéralement, la folie de la vie. »

Nommé ainsi en hommage aux Indiens et à leur tradition orale, Koyaanisqatsi est le premier excellent volet de la trilogie QATSI, la symphonie humaine de Godrey Reggio.

« Considéré comme l’un des premiers longs métrages à utiliser le Time-lapse (mot composé à partir de « time » et de « lapse », « laps de temps », effet d’ultra accéléré réalisé image par image sur des durées plus longues), le film est fait de collages (Found Footage) de prises de vues réelles, d’images générées par ordinateurs, de films publicitaires. »

Cette figure de proue du cinéma non-narratif, soutenue par Francis Ford Coppola, ressort sur grand écran en version restaurée pour fêter ses 35 ans. Et c’est clairement un long métrage qu’il faut courir voir ainsi pour profiter au mieux de ses sublimes images en grand format.

Seul l’âge du film peut se découvrir à travers certaines images bougeant un peu, la technologie actuelle n’étant pas encore développée. Ce qui rend le rendu visuel encore plus incroyable devant la ténacité et la volonté du réalisateur Godfrey Reggio de mener à bien son aventure cinématographique.

L’œuvre est une succession d’images provenant tantôt de la nature, tantôt des créations de l’humanité. Montées extrêmement intelligemment par Ron Fricke et Alton Walpole, cette expérience cinématographique et visuelle peut être interprétée de façon différente par la personne qui y assiste.

Ainsi certains y trouveront un hommage à la nature détruite progressivement par l’humanité. D’autres y verrons une ode à la grandeur humaine. Néanmoins, de multiples interprétations peuvent en être faites, comme une célébration de la beauté et une reclassification du film en œuvre d’art. Ainsi, depuis 2000, Koyaanisqatsi est classé au National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès à Washington.

Mais que l’on soit réceptif à un message ou que l’on s’extasie devant la merveilleuse photographie de Ron Fricke, qui volera par la suite de ses propres ailes avec notamment son dernier long métrage en date, le somptueux Samsara, on se retrouve rapidement capté par ces images obsédantes et envoûtantes.

Toutefois, le long métrage ne serait pas aussi hypnotisant sans la grandiose musique du compositeur Philip Glass qui signe ici sa première bande originale d’un film. Après avoir refusé cet exercice qu’il ne connaissait pas, c’est la puissance des images qui l’a frappé. Ces dernières l’ont inspiré pour une musique intense et captivante, laissant parfois la place au silence.

Pour créer les chansons du film, ce dernier s’est basé sur certaines célèbres prophéties Hopi :
- Si nous extrayons des choses précieuses de la terre, nous inviterons le désastre,
- Près du Jour de la Purification, il y aura des toiles d’araignée tissées d’un bout à l’autre du ciel,
- Un conteneur de cendres pourrait un jour descendre du ciel et pourrait brûler la terre et faire bouillir les océans.

3 prophéties mises en valeur dans le film, notamment à travers sa fin sublime et marquante.

Koyaanisqatsi est un film qui ne laisse pas indifférent. Une expérience sensorielle et presque mystique à certains passages. Une évasion hors du temps, un voyage au cœur de notre monde, une façon différente de découvrir la société humaine, une réflexion métaphysique sur la vie et une ode émouvante à ce qui nous dépasse.

Cette mise en valeur, même des éléments semblant les plus laids de prime abord, est aussi le témoignage de certains métiers qui n’existent plus et d’un temps révolu. Entre grandeur et décadence, merveille et destruction, en vitesse accélérée ou en arrêt sur image, il est des œuvres qui nous hantent toute notre vie et Koyaanisqatsi en fait clairement partie.

Intense et spectaculaire.

SYNOPSIS

L’un des tous premiers documentaires écologiques.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 27
- Titre original : Koyaanisqatsi
- Date de sortie : 07/03/2018
- Réalisateur : Godfrey Reggio
- Scénariste : Ron Fricke, Michael Hoenig, Godfrey Reggio, Alton Walpole
- Photographie : Ron Fricke
- Montage : Ron Fricke, Alton Walpole
- Musique : Philip Glass
- Producteur : Godfrey Reggio pour IRE Productions, Santa Fe Institute for Regional Education
- Distributeur : Mary-X Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Koyaanisqatsi



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Bergman une année dans une vie : La critique
La nonne : La critique
Climax : La critique
Leave no Trace : La critique
Avant l’aurore : La critique
James Bond 25 : Cary Joji Fukunaga prend la relève
Wulin : La critique de la gamme de JdR entre Tigres et (...)
Bandes Annonces & Co : 21 septembre 2018
Venom : La nouvelle affiche létale
Marvel / ABC : Une série de super-héroïnes en développement
Supergirl : L’affiche rougeoyante de la saison (...)
Millénium - Ce qui ne me tue pas : La nouvelle bande (...)
Supernatural : L’affiche de la saison 14
Bergman une année dans une vie : La critique
The Magicians saison 3 : Le concours