137 connectés

The Ride : La critique

Date : 06 / 02 / 2018 à 12h15
Sources :

Unification


The Ride est un excellent documentaire sur la chevauchée annuelle menée par des Indiens d’Amérique retraçant le parcours de leurs ancêtres.

En effet, en 1890, Sitting Bull après s’être rendu et avoir vécu pendant 10 ans dans une réserve est arrêté et se prend une balle dans la tête à cette occasion. Son peuple décide de fuir en plein hiver, sans nourriture, et, rejoint par d’autres tribus fait un périple de 450 kilomètres avant qu’un grand nombre d’entre eux ne soit abattu, désarmé, par la cavalerie américaine.

Afin de leur rendre hommage, depuis quelques décennies, leurs descendants font en décembre une chevauchée regroupant plusieurs dizaines de cavaliers, retraçant le trajet suivi, pour aller se recueillir sur leur lieu de mort.

Mais ce périple se transforme aussi en leçon de vie et de courage, notamment vis-à-vis des plus jeunes, et resserre les liens entre générations, tout en transmettant les traditions ancestrales des tribus décimées par l’arrivée des Européens.

Le documentaire suit les 15 jours de chevauchée et montre à la fois les cavaliers, mais aussi la logistique les accompagnants. Car ces derniers sont suivis par nombre de camions et voitures contenant leurs familles et amis et permettant aux chevaux d’être bien traités à la fin de la journée.

C’est par hasard que la documentariste française Stéphanie Gillard a eu vent de cette traversée de l’Amérique. Après avoir fait un parcours en leur compagnie, elle a décidé de les filmer et de donner la parole à ceux qui souhaitent s’exprimer sur leurs vies, leurs origines et leurs traditions.

Le long métrage permet de croiser un grand nombre d’individus attachants et d’écouter avec attention les récits qu’ils nous font. On ne peut être qu’ému et passionné par ce qu’ils disent et qu’ils nous montrent, comme une formidable scène de chant permettant d’être remué jusqu’au fond du cœur.

La très belle photographie de Martin de Chabaneix permet d’assister à des scènes grandioses et parfois surréalistes, alors que les cavaliers traversent des paysages s’étendant à perte de vue, ponctués d’ouvrages plus récents, surgissant tels des bubons de béton.

La réalisation de Stéphanie Gillard, aidée par l’impeccable montage de Laure Saint-Marc, met en scène une formidable histoire méritant vraiment d’être contée. Avec la belle composition de Vincent Bourre laissant régulièrement la place à de la musique sioux traditionnelle, on se sent happé dans un monde révolu duquel surgit des esprits chevauchant, envers et contre tous, sur des terres immenses.

The Ride est le récit passionnant de la mémoire d’un peuple et de sa résilience contre les traitements qu’il a subi depuis des centaines d’années. C’est aussi une façon plaisante de recevoir des leçons de vie et de courage pouvant nous inspirer tous les jours.

Avec ses personnages attachants, une photographie envoûtante, un choc des civilisations et un périple initiatique, cette chevauchée laisse longtemps sur nous sa marque.

Épique et inspirant.

Le film a eu le Prix des médias au Festival Grand Bivouac 2017.

IA

Rares sont les documentaires aussi passionnants que des fictions.
The Ride est parmi les plus réussis du genre.

Fabuleuse épopée qui relie le temps, passé et présent, les hommes (et femmes) adultes et enfants, cette chevauchée admirablement photographiée, dans des conditions pourtant extrêmes, est véritablement fantastique.

On sent toute la passion qui envahit autant les sujets du film que l’équipe qui a suivi la cavalcade. Illustrant un récit déjà épique de fort belle manière.
Images et son emporteront le spectateur !

La lumière si particulière de cette partie du monde, en cette saison, est merveilleuse et superbement captée.
La musique, et surtout la révérence envers la musique autochtone nous plonge dans l’ambiance spirituelle de ce périple mémorial.

L’aventure est à la fois intime et universelle.
Rapportant à l’Humanité entière, la douleur ancestrale du peuple Sioux qui a souffert le martyre à Wounded Knee, et pourtant se tient toujours fièrement debout face à une Amérique inique et incrédule. À qui elle renvoie une image de la réalité qui lui échappe souvent. Celle d’une terre volée à ces premiers habitants, qui pourtant en restent les parents dignes et fiers.

Pour le bien de tous, conquis par le message de transmission et de respect de la mémoire qu’il contient, ce document est une perle.

Un exemple, tant sur le fond que sur la forme.
Magnifique.

DB

SYNOPSIS

Chaque hiver, une troupe de cavaliers Sioux traverse les grandes plaines du Dakota pour commémorer le massacre de leurs ancêtres à Wounded Knee. Sur ces terres qui ne leurs appartiennent plus, les aînés tentent de transmettre aux plus jeunes leur culture, ou ce qu’il en reste. Un voyage dans le temps pour reconstruire une identité perdue qui confronte l’Amérique à sa propre histoire.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 26
- Titre original : The Ride
- Date de sortie : 31/01/2018
- Réalisateur : Stéphanie Gillard
- Scénariste : Stéphanie Gillard
- Interprètes : Jesse James White, Jimmy White, Manaja Hill, A.J.Agard, Ron His Horse is Thunder
- Photographie : Martin de Chabaneix
- Montage : Laure Saint-Marc
- Musique : Vincent Bourre
- Producteur : Julie Gayet & NadiaTurincev pour Rouge International
- Distributeur : Rouge Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

The Ride



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


My Pure Land : La critique
Une année polaire : La critique
Mutafukaz : La critique
Solo - A Star Wars Story : La critique
Le cerveau des enfants : La critique
Boba Fett - A Star Wars Story : James Mangold prend en charge le (...)
Disenchantment : Les premières images de la nouvelle série (...)
Skyscraper : La seconde bande annonce
Salyut 7 [DVD / Blu-Ray] : La critique
Maléfique 2 : Jenn Murray dans la suite du film
My Pure Land : La critique
Garde alternée : Les résultats du concours
Les Ombres du Dark Crystal : Le roman prequel à Dark (...)
Detroit - Become Human : La critique du chef-d’oeuvre de (...)
Bandes Annonces & Co : 25 mai 2018