292 connectés

Burn Out : La critique

Date : 31 / 12 / 2017 à 13h00
Sources :

Unification


Burn Out est un film français sympathique qui présente les go-fast du point de vue des motards à travers le parcours d’un personnage dépassé par les évènements.

Un jeune homme, tête brûlée, s’entraîne pour devenir pilote de course de motos et se fait remarquer par un sponsor qui lui donne l’opportunité de faire partie de l’équipe qu’il est en train de mettre en place en s’entraînant le jour. Néanmoins, les ennuis de son ex-femme le poussent à accepter de faire des go-fast, des trajets pour transporter de la drogue d’un pays étranger en France, la nuit pour rembourser sa dette.

Si le long métrage parle de trafics, de guerre des gangs et de banlieue, il présente cela sous un éclairage différent de ce que l’on a l’habitude de voir. C’est vraiment à travers une tranche de vie d’une personne prise au milieu d’éléments qui le dépasse que l’on découvre l’histoire.

Ce dernier est d’ailleurs bien attachant et sans aucune mauvaise intention se retrouve à plonger dans une spirale de plus en plus délétère le détruisant progressivement.

Si le scénario réserve peu de surprises, bien que montrant un personnage principal plus profond qu’il n’y paraît, ce sont vraiment les courses en motos qui captent complètement l’attention.

Ces dernières sont très bien filmées par Yann Gozlan qui les met parfaitement en valeur, notamment lors des poursuites nocturnes effrénées menées tambour battant. Ces dernières sont visuellement magnifiques et l’effet de vitesse est très bien retranscrit à l’écran.

Le réalisateur met en scène d’autres passages très réussis, comme la magnifique séquence montrant l’usure du pilote confronté à des journées interminables.

Ce dernier est d’ailleurs parfaitement interprété par François Civil qui porte vraiment le film sur ses épaules et campe un motard tout à fait convaincant. Il apporte une véritable âme à son rôle de personnage écartelé entre son rêve et ceux qu’il aime.

Burn Out est un film qui vaut la peine d’être vu, surtout si on aime les longs métrages présentant des courses spectaculaires, bien que réalistes. Avec une histoire poignante, un acteur captivant et une mise en scène allant à 200 à l’heure et réservant des scènes épiques, cette plongée au sein des trafics nocturnes ne laisse pas indifférent.

Efficace et passionnant.

SYNOPSIS

Tête brûlée, accro aux sensations fortes, Tony ne vit que pour une seule chose : devenir pilote professionnel de moto superbike. Jusqu’au jour où il découvre que la mère de son fils est liée à la pègre manouche. Seule issue pour la sortir de cet engrenage : mettre ses talents au service des truands. Pilote de circuit le jour, go-faster la nuit, Tony est plongé dans une spirale infernale qui le mène au bord de la rupture…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 43
- Titre original : Burn Out
- Date de sortie : 03/01/2018
- Réalisateur : Yann Gozlan
- Scénariste : Yann Gozlan, Guillaume Lemans d’après l’œuvre de Jérémie Guez
- Interprètes : François Civil, Samuel Jouy, Narcisse Mame
- Photographie : Antoine Roch
- Musique : Benjamin Caillaud
- Costumes : Olivier Ligen
- Décors : Philippe Chiffre
- Producteur : Thibault Gast, Matthias Weber pour 2425 Production, WY Productions
- Distributeur : Gaumont Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Burn Out



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Bumblebee : La critique
Le retour de Mary Poppins : La critique
Spider-Man - New Generation : La critique
Yentl : La critique
Mortal Engines : La critique
Star Trek : Kurtzman explique les liens entre la série Picard, (...)
Star Wars The Mandalorian : Les surprises de la distribution
Alita Battle Angel : La nouvelle affiche
Swamp Thing : Ian Ziering rejoint la série
Stargirl : Joël McHale sera Starman
Bird Box : La nouvelle bande annonce du film Netflix
Trailers voDvd & co : 14 décembre 2018
Klaus : Les origines « bad-ass » du Père Noël
Unlock ! - Heroic adventures : La critique de la 5ème (...)
Bandes Annonces & Co : 14 décembre 2018