297 connectés

[Théâtre] J’adore l’amour… J’aimerais bien le refaire un jour : La critique

Date : 22 / 12 / 2017 à 09h30
Sources :

Unification


J’adore l’amour… J’aimerais bien le refaire un jour est une pièce de théâtre bien amusante présentant une femme attendant un homme chez elle et voyant débarquer des ennuis à la place.

En effet, après des mois de séparation, une tenancière de boutique invite chez elle un client rencontré dans la journée. Mais c’est sa meilleure amie en pleurs et son ex qui débarquent sans son appartement et lui mènent la vie dure.

Car elle voudrait bien qu’ils partent, alors que ces derniers ont grande envie de rester pour diverses raisons.

La pièce en 4 actes est évolutive et se concentre sur ce trio désopilant et les machinations des uns et des autres pour arriver à leurs fins.

Les comédiens se déplacent dans le salon d’un appartement cossu présentant une bibliothèque, un canapé, un fauteuil et une petite table. Il y a de plus l’entrée donnant sur le couloir de l’immeuble et les passages vers les toilettes et la chambre à coucher. Ces trois chemins sont employés parfaitement par les acteurs sous la direction de Bruno Chapelle qui fait une mise en scène plaisante et dynamique.

Les comédiens sont formidables et font bien rire. On peut découvrir, en alternance, Sandra Dorset en femme qui aimerait bien avoir une aventure passionnée, Pascale Michaud en amie décomplexée et Olivier Yéni en producteur séducteur, ponctuant le spectacle d’idées de shows très drôles.

L’alchimie du trio fonctionne très bien et les échanges de répliques vives et caustiques rendent le texte amusant à découvrir. D’autant que les situations à rebondissements sont certes classiques, mais bien amenées.

J’adore l’amour… J’aimerais bien le refaire un jour est une pièce drôle faisant passer un très bon moment de divertissement, surtout alors que la nuit se prolongeant dans l’histoire, les personnages se désinhibent.

Avec un texte et des situations amusantes, des comédiens investis dans leurs rôles, un décor agréable et une mise en scène très propre, on s’amuse beaucoup des mésaventures de cette pauvre femme qui aimerait tant passer une soirée de fête.

Drôle et léger.

INFORMATION

La pièce se joue tous les samedis 23, 30 décembre et 6 janvier à 17h, les dimanches 31 décembre à 17h et 7 janvier à 20h et le lundi 8 janvier à 20h au Théâtre Edgar (58, boulevard Edgar Quinet 75014 Paris) jusqu’au 8 janvier 2018.

- RÉSERVATION
- SITE OFFICIEL

SYNOPSIS

J’adore l’amour… j’aimerais bien le refaire un jour !

Vous aussi ?

Et si vous rêvez de savoir :
- Si le chou-fleur est aphrodisiaque,
- Si vous pouvez faire confiance à votre meilleure amie,
- Si votre ex est l’homme de votre vie,
- Si le champagne excuse tout
- ou si l’amour peut arriver sur sa moto…

La réponse est au Théâtre Edgar.


DISTRIBUTION

  • Mise en scène : Bruno Chapelle
  • Avec : Pascale Michaud ou Cybèle Villemagne, Marie-Aline Thomassin ou Sandra Dorset, Olivier Yéni ou Bruno Chapelle
  • Texte : Bruno Chapelle et Marie-Aline Thomassin
  • Durée : 1h15
  • Public : Tout public
TARIFS

  • Plein tarif : 29 euros
  • Tarif réduit : 21 euros
GALERIE PHOTOS

J’adore l’amour… J’aimerais bien le refaire un jour



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


[Théâtre] Misery : La critique
[Théâtre] Diner de Famille : La critique
The Empire Strips Back - A Star Wars Burlesque Parody : La (...)
[Spectacle] Jay - World Man Bio : La critique
[Spectacle] Stéphanie Jarroux - Bio et barge : La critique
Spider-Man Far From Home : Un nouveau costume pour l’homme (...)
Avengers 4 : Tournage bouclé et un nouveau méchant en vue ? (...)
Star Wars - The Mandalorian : Jon Favreau présente 2 nouvelles (...)
The House That Jack Built : La critique
The Umbrella Academy : Netflix dévoile la famille en (...)
Ozark : La série renouvelée pour une saison 3
Le Manoir de Paris : Halloween 2018
La route sauvage [DVD] : La critique
Ragnvald et le loup d’or : La Saga des Vikings aux Presses (...)
Darkrunes : La critique du Jeu de Rôle