621 connectés

Lady Mechanika : La critique du tome 2

Date : 15 / 12 / 2017 à 07h45
Sources :

Unification France


Lady Mechanika
tome 2 - Révélations

  • Scénario : Joe Benitez
  • Dessin : Joe Benitez
  • Couleurs : Peter Steigerwald
  • Editeur : Glénat
  • Collection : Comics
  • Genres : Aventure
  • Taille : 173 x 265 mm
  • Date de sortie : 26 octobre 2016
  • Nombre de pages : 112
  • ISBN : 9782344017630
  • Prix : 14.95 €

Lire un extrait

Dans un monde fait de magie et de science, une femme enquête sur son passé…

Elle est l’unique survivante d’une terrible expérience qui l’a laissée avec deux bras mécaniques. N’ayant aucun souvenir de sa captivité ou de son existence passée, elle s’est construit une nouvelle vie d’aventurière et de détective privée. Elle use de ses capacités uniques pour agir là où les autorités en sont incapables. Mais la quête de son passé perdu ne s’arrête jamais. Les journaux l’ont appelée : « Lady Mechanika » !

Nouvelle pépite de Joe Benitez, Lady Mechanika raconte les chroniques d’une jeune héroïne forte mais tourmentée. Une véritable quête d’identité dans une Angleterre victorienne revisitée et très steampunk, où la magie et la superstition se confrontent aux découvertes scientifiques. Découvrez la fin de ce premier arc en deux tomes !

Décryptage
Alors que la société Blackpool profite de la cérémonie d’ouverture de la Mechani-Con pour lancer son hélio-krak, Lady Mechanika est convaincue que Seraphina, la jeune gitane disparue qu’elle recherche, est retenue dans ce paquebot volant géant. Elle souhaite profiter de la soirée de lancement pour pénétrer incognito sur le vaisseau et mener son enquête.

On le savait déjà mais Lady Mechanika est belle, très belle et toujours aussi sexy et classe dans ce nouveau tome de cette BD qui porte son nom, que nous offre Joe Benitez. Aucun doute, le dessin est toujours magnifique et très fin. En ouvrant ce second volume on est toujours ébloui par le travail graphique qui est bluffant et véritablement éblouissant. C’est magnifique, les couleurs employées, les décors, les personnages forment un tout parfait pour un univers uchronique steam-punk cohérent de grande qualité. Reste que l’histoire est un cran en dessous de nos attentes, parce qu’assez classique, très courte et vite bouclée.

La BD débute par un résumé de ce qu’il s’est passé dans le tome précédent et aussi simple que cela puisse être ce n’est pas toujours le cas et c’est essentiel pour les gros consommateurs d’histoires ou pour tout lecteur qui nécessite un petit rappel qui permet de se remettre très vite dans le bain pour en apprécier d’autant plus la lecture. Cette histoire de mutation mécanique est intéressante et bien menée. Non-avare en révélation, elle ne donne pourtant pas pleinement satisfaction concernant l’histoire de notre belle mutante. Certains mystères sont vraisemblablement gardés pour la suite.

Étonnante décision éditoriale de la part de Glénat puisque les 2 parties du tome 1 et du tome 2 représentent 5 numéros de comics qui sont là découpés en 2 parties, 3 pour le tome 1 et seulement 2 pour ce tome. C’est très court, trop court et un seul tome aurait suffit et aurait surtout donné pleine satisfaction. Alors certes oui, il y a de nombreuses illustrations de la belle en bonus ainsi que les premières pages de Wraithborn, la nouvelle BD de Joe Benitez, mais ça fait tout de même un peu court. On se questionne surtout quand on voir le soin éditorial porté sur tous les ouvrages qui sortent de la collection Comics. Inhabituel et inattendu.

Reste qu’il s’agit là de la fin d’un premier cycle d’introduction au monde de Mechanika, amusant, divertissant mais aussi avec une intrigue et pas mal d’action. La suite, si elle garde cette intensité graphique, devrait ouvrir de nouvelles voies, de nouvelles possibilités pour Lady Mechanika que l’on retrouvera avec grand plaisir sur papier glacé.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Spoiler Alert : La critique
Five Ghosts : La critique du tome 3
The X-Files : La critique du tome 5
Power Rangers : La critique du tome 2
Nuisible : La critique de la trilogie
SDCC 2018 - Shazam : La joie de Zachary Levi de jouer un (...)
SDCC 2018 - Venom / Spider-Man New Generation : Le double panel (...)
SDCC 2018 - Bumblebee : Comme un air des années 80 pour la (...)
Hotel Artemis : La critique
SDCC 2018 - Cloak and Dagger : Freeform commande officiellement (...)
SDCC 2018 - Mr. Mercedes : Pourquoi la saison 2 ne peut pas (...)
HH, Hitler a Hollywood : La review
Buffy the Vampire Slayer : Joss Whedon de retour avec une Buffy (...)
American Horror Story : La saison 8 a enfin un titre
Bandes Annonces & Co : 23 juillet 2018