275 connectés

Avatar : James Cameron explique la motion capture aquatique pour les suites

Date : 24 / 11 / 2017 à 14h30
Sources :

Collider


L’une des toutes premières choses que nous avons apprises à propos des suites d’Avatar, avant même que nous sachions qu’il y en aurait quatre, était que nous irions visiter Pandora, sous l’eau. James Cameron, scénariste/réalisateur, a teasé depuis des années, que les suites offriront de nouveaux visuels puisqu’il a l’intention de mettre une partie de l’histoire sous l’eau de la planète fictive. Mais la capture de ces images s’avère difficile étant donné que les films Avatar sont principalement réalisés en utilisant la technologie de capture de mouvement, où les acteurs portent des costumes avec des points qui suivent leurs mouvements et expressions et sont ensuite traités dans un ordinateur pour aboutir à la performance numérique. Faire cela sous l’eau est délicat, et cela explique au moins en partie pourquoi il a fallu si longtemps pour que les suites d’Avatar arrivent enfin.

Christina Radish, de Collider, s’est récemment entretenue avec James Cameron en prévision du prochain Titanic : 20 Years Later, émission spéciale de NatGeo qui sera diffusée le 26 novembre. Au cours de leur conversation, avec Cameron étant actuellement en production sur Avatar 2 et 3, il lui a été posé des questions sur le processus de prise de vue sous-marine. Comme Cameron l’explique, c’est incroyablement difficile :

"Eh bien, nous le faisons enfin. Cela n’a jamais été fait auparavant et c’est très délicat car notre système de capture de mouvement, comme la plupart des systèmes de capture de mouvement, est ce qu’ils appellent la base optique, ce qui signifie qu’il utilise des marqueurs photographiés par des centaines de caméras. Le problème avec l’eau n’est pas la partie sous-marine, mais l’interface entre l’air et l’eau, qui forme un miroir mobile. Ce miroir mobile reflète tous les points et les marqueurs, et il crée un tas de faux marqueurs. C’est un peu comme si un avion de chasse larguait une poignée de pailettes pour confondre le système radar d’un missile. Cela crée des milliers de fausses cibles, alors nous avons dû trouver comment contourner ce problème, ce que nous avons fait. Fondamentalement, chaque fois que vous ajoutez de l’eau à un problème, il devient juste dix fois plus difficile. Donc, nous avons mis beaucoup de puissance, d’innovation, d’imagination et de nouvelles technologies au problème, et il nous a fallu environ un an et demi pour déterminer comment nous allions le faire maintenant."

Ce fut en fait si difficile, qu’ils ont seulement eu leur premier plan la semaine dernière. Mais Cameron est heureux avec le résultat jusqu’à présent :

"Nous avons fait énormément de tests, et nous avons réussis avec succès pour la première fois, mardi dernier [14 novembre]. Nous avons effectivement joué une scène entière sous l’eau avec notre jeune distribution. Nous avons six adolescents et un garçon de sept ans, et ils jouent tous une scène sous l’eau. Nous les entraînons depuis six mois maintenant, avec la manière de retenir leur souffle, et ils sont tous dans une fourchette entre deux et quatre minutes. Ils sont tous parfaitement capables d’agir sous l’eau, très calmement en retenant leur souffle. Nous ne faisons rien de tout cela avec un équipement de plongée. Et nous obtenons de très bons résultats, de beaux mouvements de personnages et une superbe capture de performances faciales. Nous avons fondamentalement craqué le code."

Le réalisateur ajoute également que le plus gros des scènes sous-marines des suites d’Avatar se retrouveront dans les deuxième et troisième parties, mais il y aura encore quelques éléments sous-marins dans les deux derniers films :

"Nous travaillons actuellement toujours dans notre petit réservoir d’essai. Nous passons à notre grand réservoir en janvier. Il y a énormément de travail sur l’eau à travers Avatar 2 et 3. Il se poursuit sur le 4 et le 5, mais l’accent est mis sur le 2 et le 3."

Cela aide à expliquer le processus de production fracturé avec lequel Cameron aborde ces suites. Avatar 2 et 3 se tournent simultanément, puis Cameron va prendre une pause dans la production pour terminer la post-production sur ces deux suites, puis revenir en arrière et filmer Avatar 4 et 5 simultanément pour boucler les choses. Cela permet non seulement à Cameron de terminer la post-production de façon ordonnée, mais cela ressemble aussi à une pause organique si 2 et 3 demandent beaucoup de travail lié à l’eau.

Quoi qu’il se passe, il faudra attendre encore 3 ans avant que ne sorte le film.


Avatar est Copyright © Twentieth Century Fox et Lightstorm Entertainment Tous droits réservés. Avatar, ses personnages et photos de production sont la propriété de Twentieth Century Fox et Lightstorm Entertainment.



 Charte des commentaires 


Avatar : Comment les suites révolutionneront à leur tour la (...)
Avatar : Une saga familiale comme Le Parrain
Avatar 2 : James Cameron distille quelques petites infos de (...)
Avatar : James Cameron en dit davantage sur les suites
Avatar : James Cameron explique la motion capture aquatique pour (...)
Futur immédiat, Los Angeles 1991 [DVD / Blu-Ray] : La (...)
Runaways : Première affiche pour la saison 2
Bamse au pays des voleurs : La critique
Pavillon Noir 2 : L’énorme gamme de JdR enfin en (...)
Bandes Annonces & Co : 17 octobre 2018
The Predator : La critique
Star Trek Discovery : Ethan Peck & Anson Mount parlent de (...)
Asterix et le secret de la potion magique : La bande (...)
Black Panther 2 : Ryan Coogler de retour à la réalisation
Le Bon Apôtre : La review du film Netflix