365 connectés

The Orville : Review 1.01 Old Wounds

Date : 13 / 09 / 2017 à 14h30
Sources :

Unification


Star Trek est à la fête en cette rentrée. Outre l’officielle, Star Trek Discovery, qui va débarquer dans moins de deux semaines sur nos écrans et l’épisode spécial de l’excellente série Black Mirror, c’est la chaîne américaine FOX qui a lancé cette semaine The Orville. Crée par Seth MacFarlane, le papa des Griffin et de l’ours destroy Ted, la série nous a été vendue comme une parodie assumée de la saga de Gene Roddenberry.

Et effectivement, on hallucine de voir à quel point The Orville suce jusqu’à la moelle les fondamentaux de Star Trek La nouvelle génération. Design, couleurs, couloirs, un Data, un Worf, une Tasha Yar, un holodeck, une fédération, des quasi-Klingons, du techno blabla... Seule la téléportation manque à l’appel. C’est à se demander pourquoi on n’entend pas d’ores et déjà le doux son des avocats de CBS / Paramount alléchés par la perspective du procès pour plagiat alors que la défense aura à cœur de dire que c’est juste une parodie.

Et c’est là où le bât blesse. Pour être une parodie, faudrait-il encore que l’épisode soit drôle. On peut juste dire que c’est timidement irrévérencieux : un pilote qui boit de la bière, un officier extraterrestre unisexe qui pisse une fois par an, un simili Data soit disant raciste, une histoire d’adultère... Bref, on sourit vaguement 2-3 fois. Va falloir mettre le turbo pour muscler nos zygomatiques.

La partie science fiction de l’épisode relève le niveau même si c’est du déjà vu. Par contre, cela ne louche absolument pas sur les fondamentaux scénaristiques des bons épisodes de Star Trek. Problématique sociétale, philosophique ou morale, rien à se mettre sous la dent.

Le casting est sympathique même s’ils n’ont pour l’instant pas grand chose à jouer. Seth MacFarlane n’est pas un capitaine très charismatique. Penny Johnson Jerald, en grande habituée des plateaux de DS9, se glisse facilement dans le rôle du médecin du vaisseau. Le duo de pilotes a du potentiel pour renforcer le coté comique, il faut juste leur écrire des choses drôles à dire ou faire. Seule Adrianne Palicki rayonne et vole les scènes dès qu’elle apparaît à l’écran.

Les critiques américaines ont descendu en flamme la série. Si, effectivement, il y a une grande marge de progression avant que The Orville devienne une bonne série, ce n’est quand même pas la catastrophe annoncée. C’est même plutôt plaisant à regarder. À voir dans les semaines à venir si cela s’améliore...

EPISODE

- Episode : 1.01
- Titre  : Old Wounds
- Date de première diffusion : 10/09/2017 (FOX)
- Réalisateur : Jon Favreau
- Scénaristes : Seth MacFarlane

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


How It Ends : La review du film Netflix
Cloak & Dagger : Review 1.07 Lotus Eaters
The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Review 2.13 (...)
The Outpost : Review 1.01 One Is The Loneliest Number
Maradona par Kusturica : La review
SDCC 2018 - Aquaman : La bande annonce ultra-spectaculaire de la (...)
SDCC 2018 - Shazam : La première bande annonce mi-comédie - mi (...)
SDCC 2018 - Star Trek Discovery : Des mini-épisodes et des (...)
SDCC 2018 - Godzilla 2 Roi des monstres : La bande annonce (...)
SDCC 2018 - Les Animaux Fantastiques - Les Crimes de Grindelwald (...)
Mamma Mia ! Here We Go Again : La critique
SDCC 2018 - Breaking Bad : Souvenirs et héritage 10 ans (...)
SDCC 2018 - Better Call Saul : Le rapprochement se précise
SDCC 2018 – Crazy Ex-Girlfriend : La dernière saison se (...)
Trailers voDvd & co : 22 juillet 2018