100 connectés

Un vent de liberté : La critique

Date : 17 / 07 / 2017 à 10h00
Sources :

Unification


Un vent de liberté est un très bon film iranien dessinant un magnifique portrait de femme essayant de vivre sa vie.

Une jeune femme vit avec sa mère, mais cette dernière, malade à cause de la pollution de Téhéran, doit quitter la ville. Le frère et la sœur aînés du personnage principal vont décider de l’envoyer avec sa mère à la campagne sans lui demander son avis. Or, cette dernière est chef d’entreprise de la maison de couture de son père décédé et vient de retrouver l’homme qu’elle aime et qui se met à la courtiser.

Le long métrage, très psychologique, montre l’évolution du personnage principal vers l’émancipation, tout en essayant de concilier vie personnelle et devoirs familiaux. Le scénario du réalisateur Behnam Behzadi est très bon et permet au spectateur de s’immiscer au cœur de la société iranienne.

Behnam Behzadi met en scène une œuvre sensible et délicate qui fait réfléchir à la fois sur la société iranienne et sur la condition des femmes. Il dépend aussi avec justesse les liens existants au sein d’une famille, ainsi que les qualités, positives et négatives, habitant chacun de ses membres.

La photographie de Bahram Badakhshani est très belle et il saisit parfaitement l’esprit de la capitale iranienne en constante évolution et dont le fog plane sur ceux habitant en ses entrailles.

À ce personnage silencieux et très présent, s’ajoute les différents intervenants humains tous bien trouvés.

Sahar Dolatshahi incarne une femme cherchant sa voix et sa vie avec une grande justesse. La comédienne illumine le film de sa présence et sa prestation est vraiment d’une grande maîtrise.

Ali Mosaffa est très bon en grand frère peu doué pour les affaires, et Roya Javidnia son parfait pendant en sœur intéressée par sa propre personne. Shirin Yazdanbakhsh incarne une mère malade avec talent et Ali Reza Aghakhani est attendrissant en amoureux éconduit.

Un vent de liberté est un très bon film, fort touchant, permettant de rencontrer une galerie de personnages humains ayant les mêmes aspirations, failles et désirs, que la population française. C’est un long métrage dans lequel on peut se reconnaître tant les valeurs familiales concernent tout le monde.

Avec une réalisation bien menée, une actrice principale formidable et une citée tentaculaire fort bien filmée, ce long métrage dépayse tout en touchant au fondement de l’humanité, la famille.

Émouvant et sincère.

SYNOPSIS

Niloofar, 35 ans vit seule avec sa mère. Pour protéger celle-ci de la pollution de l’air de Téhéran, la famille décide unilatéralement que Niloofar devra déménager et vivre avec sa mère à la campagne... Alors qu’elle s’est toujours pliée aux exigences des autres, cette fois elle leur tiendra tête.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 24
- Titre original : Varoonegi
- Date de sortie : 12/07/2017
- Réalisateur : Behnam Behzadi
- Scénariste : Behnam Behzadi
- Interprètes : Sahar Dolatshahi, Ali Mosaffa, Ali Reza Aghakhani, Setareh Pesyani, Roya Javidnia, Shirin Yazdanbakhsh, Setareh Hosseini, Toufan Mehrdadian
- Photographie : Bahram Badakhshani
- Montage : Meysam Molaei
- Musique : Sahar Sakhaei
- Décors : Babak Karimi Tari
- Producteur : Behnam Behzadi pour Noori Pictures
- Distributeur : Diaphana Distribution

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Un vent de liberté



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Argent amer : La critique
Justice League : La critique
La lune de Jupiter : La critique
Le Musée des Merveilles : La critique
Coco : La critique

Justice League : La part des reshoots de Joss Whedon
Future Man : Review des premiers épisodes de la saison (...)
Rampage : La première bande annonce
Wonder Woman 2 : Gal Gadot confirme que Brett Ratner n’est (...)
Deadpool 2 : Quand Rob Liefeld rencontre Cable
Trailers voDvd & co : 17 novembre 2017
Argent amer : La critique
Drifter : La critique du tome 3
Bandes Annonces & Co : 17 novembre 2017
Star Wars - Les derniers Jedi : Le rouge domine toujours autant (...)