314 connectés

Cinemateaser : Le numéro 65 en kiosque

Date : 17 / 06 / 2017 à 09h45
Sources :

Cinemateaser


Voici le communiqué de presse de la rédaction de Cinemateaser pour le lancement de leur soixantième cinquième numéro :

Les magazines de cinéma doivent-ils limiter leurs possibilités de couverture aux films qui sortent en salles ? Le cinéma peut-il se réduire au cercle des œuvres distribuées… au cinéma ? À ces questions, nous avons décidé de répondre simplement : un film est un film. Et un grand film reste un grand film, peu importe l’écran sur lequel on le regarde. Raisons pour lesquelles nous consacrons la une de notre 65e numéro à OKJA de Bong Joon Ho, qui ne sortira pas en salles mais sera disponible uniquement sur Netflix.

OKJA : À Cannes, OKJA nous a explosé la rétine et a été l’un des films préférés d’une bonne partie de la rédaction. Au-delà du débat sur Netflix dont il était le catalyseur, OKJA nous permet surtout de retrouver Bong Joon Ho, l’un des cinéastes les plus importants de notre époque, et de constater que son cinéma demeure aussi concerné, lyrique, sentimental, visuel que par le passé. L’occasion pour nous de rencontrer à nouveau le cinéaste sud-coréen pour un entretien s’intéressant au cinéma plutôt qu’à la polémique.

IT COMES AT NIGHT : Avec KRISHA, Trey Edward Shults avait livré un objet étrange dézinguant la famille dans une sorte de mélo tordu. Pour son deuxième long-métrage, IT COMES AT NIGHT, il explore à nouveau les rapports familiaux dans un vrai faux film d’horreur. Avec lui, on décrypte sa vision sans concession et très ambitieuse, sa place dans le cinéma de genre, son esthétique quasi expressionniste.

FREE FIRE : Qu’on apprécie ou pas ses films, qu’on en aime certains plus que d’autres, peu importe, Ben Wheatley a un grand mérite : ne jamais se répéter et se lancer des défis un peu fous. Avec FREE FIRE, il signe un ‘petit’ film ramassé dont les deux tiers sont constitués d’une fusillade absurde. En dix points, de la genèse à la post-synchro, en passant par l’écriture ou le montage, il décortique lui-même son FREE FIRE.

CANNES 2017 : On a passé dix jours sur la Croisette à manger du film – et des glaces. On vous rapporte une grosse vingtaine de pages de compte-rendu où l’on essaie de tracer les contours de cette 70e édition dont la polémique Netflix, l’enfance, l’activisme ou l’arrivée de la VR ont été des thèmes ou faits marquants. Le tout, enrobé des clichés faits sur place par notre photographe Olivier Vigerie.

QUEL FÉMINISME COTÉ TECHNIQUE ? Si l’on parle souvent de parité à l’écran et si le women empowerment commence à bousculer les choses, que se passe-t-il en coulisses, derrière la caméra ? Cinemateaser a rencontré cinq femmes de grand talent qui, de projet en projet, se font leur place dans le cinéma américain : les monteuses Mako Kamitsuna et Claudia Castello, et les chefs opératrices Kira Kelly, Rachel Morrison et Monika Lenczewska. Elles nous parlent de leur expérience, de leurs ambitions et de leurs combats.

C’EST QUOI UN SCORE DE CRISTOBAL TAPIA DE VEER ? Ce mois-ci, dans la rubrique « C’est quoi un film de ? », on bouscule légèrement les habitudes pour nous intéresser à un compositeur. Avec THE LAST GIRL, Cristobal Tapia de Veer signe sa première partition au cinéma, après des années passées à la télé, notamment sur la série UTOPIA. L’occasion parfaite pour essayer de décoder le son si particulier de ses compositions.

CINÉMA DE GENRE, PAR ICI LA SORTIE ? Sortir un film de genre dans les salles françaises ressemble de plus en plus à un parcours du combattant. Mais certains ne lâchent pas et continuent d’y croire. Rencontre croisée avec les distributeurs de THE JANE DOE IDENTITY et de THE LAST GIRL pour une radiographie des obstacles en présence.

FEMININE REVOLUTION : Avec I LOVE DICK, nouvelle série Amazon qu’elle a cocréée avec Jill Soloway (TRANSPARENT), Sarah Gubbins propose un regard singulier sur la vie de couple. Singulier parce que, pour une fois, il est féminin. Vraiment féminin. Dans une longue interview la scénariste décrypte I LOVE DICK et l’avènement du ‘female gaze’.

DOWNWARD DOG : Nouveau carton de la comédie télévisée américaine, DOWNWARD DOG donne la parole à… un chien amoureux de sa maîtresse. Un pitch tout pété, peut-être, qui à l’écran se révèle des plus pertinents et regorge d’idées et de tendresse. On en a discuté avec le créateur de la série, Samm Hodges.

Et aussi : Et si on vous présentait Amandla Stenberg, Stella Meghie et Nick Robinson ? / Les films US et FR du Champs-Élysées Film Festival / Dans les coulisses de ZOMBILLÉNIUM, futur hit de l’animation française / Inédit DVD : LA 9E VIE DE LOUIS DRAX d’Alexandre Aja / DVD Classiques : TUEZ CHARLEY VARRICK, PHANTASM


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Cinemateaser : Le numéro 70 en kiosque
Cinemateaser : Le numéro 69 en kiosque
Cinemateaser : Le numéro 68 en kiosque
Cinemateaser : Le numéro 67 en kiosque
Cinemateaser : Le numéro 65 en kiosque
Black Panther : Mais qui est vraiment ce super-héros (...)
Venom : Tom Holland apparaîtrait aux cotés de Tom Hardy
Les Animaux Fantastiques : les 5 films se passeront dans (...)
Black Mirror : Les making-of de la saison 4
The Tick : La seconde partie de la saison 1 montre le bout de son (...)
True Detective : Scoot McNairy pour la saison 3
Marie Curie : La critique
Trailers voDvd & co : 19 janvier 2018
Tomb Raider : La seconde bande-annonce dévoilée
Ant-Man et la Guêpe : Les héros en costumes