131 connectés

House of Cards : Review Saison 5

Date : 06 / 06 / 2017 à 12h15
Sources :

Unification


Depuis ce 30 Mai, Netflix propose la dernière fournée de sa série phare House of Cards après plus d’un an d’attente. Après une quatrième saison brillantissime sous le signe de l’opposition et de fragilité, nous avions laissé le couple présidentiel aux portes d’une élection qui s’annonçait autant chaotique qu’horrifique avec la phrase de fin « Nous nous ne soumettons pas à la terreur. Nous créons la terreur »… Une atmosphère noire, et si proche de la réalité, qui nous promettait un nouveau chapitre palpitant…

Et pourtant !... Cette cinquième saison débute en demi-teinte. Le rythme est plus lent qu’à l’accoutumé, et les longueurs s’installent. Désireux de rester toujours fidèles à l’actualité, et sûrement suite à l’élection surprise de Trump et aux changements internes d’équipe avec le départ de son showrunner Beau Willimon, les intrigues sont redondantes et ont un goût de déjà-vu. Elles souffrent d’un manque réel de souffle pour être réellement prenantes. On ne manque pas de noter les comparaisons avec la politique américaine actuelle, parfois par anticipation comme la loi anti-migrant pour contrer le terrorisme.

Heureusement au milieu de cette intrigue principale qui passionne moins, les intrigues secondaires, principalement autour de l’enquête du journaliste Hammerschmidt, intègrent une nouvelle dynamique dans la série. S’appuyant sur les petites affaires qui fragilisent la double tête d’affiche nommée Underwood, les personnages secondaires, alors cramponnées au rang de simples pantins dans les saisons précédentes, prennent du galon et sortent enfin de l’ombre. Tout d’abord le loyal Doug Stamper (Michael Kelly), habitué à être juste les petites mains du président, commence réellement à douter de son engagement envers son bourreau de patron. Tom Yates (interprétée par Paul Sparks) fatigué de jouer le rôle d’amant et faiseur de discours de la première dame, essaie par tous les moyens de s’imposer au risque de tout perdre dans la course. Ou encore LeAnn (Neve Campbell) se retrouve malgré elle au centre de ces petits coups de vents qui risque bien de faire tomber ce château de cartes déjà bien bancale.

Mais que ce serait House of Cards sans son couple despotique que forment avec brio Kevin Spacey et Robin Wright ? Aucun intérêt !

Alors que nous commencions à nous dire que cette saison ne nous surprendrait plus, la seconde partie de la saison s’éloigne petit à petit des histoires politiques pour se recentre sur ces chers Underwood. Et on sait bien qu’House of Cards et ses interprètes principaux, ne sont jamais aussi jouissifs que lorsqu’ils laisser s’affrontent les deux loups assoiffés de pouvoir que forme le couple Underwood. Parce que, dans la continuité de ce qui s’annonçait déjà depuis deux saisons, c’est bien Claire la vraie rivale de son mari dans la course au pouvoir, celle qui vient à incarner le visage du renouveau, de la candidate présidentiable qui pourrait sortir le pays de la crise. Et ainsi, simplement, la méfiance s’installe petit à petit entre eux et engendre la réelle guerre interne et intimiste qui pourrait briser pour de bon les derniers vestiges d’unité. Une pépite de plaisir qui nous encourage à enchainer les épisodes tant c’est bon. Le duo formé par les talentueux Spacey-Wright prouve encore, s’il était encore nécessaire, l’étendue de leur talent donnant un nouveau souffle à cette saison, voir à la série elle-même.

Avec ces treize épisodes que compose le cinquième chapitre de House of Cards, même si le rythme est plus lent et les intrigues parfois redondantes, la série continue de nous garantir un goût d’actualité et une interprétation impeccable. Mais cette fois, elle nous offre aussi une nouvelle dimension à son univers grâce à des personnages secondaires plus approfondis. Et en y ajoutant les coups de théâtre de clôture, ils nous donnent cette petite braise qui nous enflamme d’impatience en attendant le futur sixième chapitre.

EPISODE

- Saison : 1 - 13 épisodes
- Date de première diffusion : 30/05/2017 (Netflix)
- Réalisateurs : Daniel Minahan (ep 1-2) - Alik Sakharov (ep 3-4-7) - Michael Morris (ep 5-6) - Roxann Dawson (ep 8-9) - Agnieszka Holland (ep 10-11) - Robin Wright (ep 12-13)
- Scénaristes : Frank Pugliese (ep 1-12-13) - Melissa James Gibson (ep 2-12-13) - John Mankiewicz (ep 3-8) - Kenneth Lin (ep 4-10) - Laura Eason (ep 5-11) - Bill Kennedy (ep 6-9) - Tian Jun Gu (ep 7)

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


The Strain : Review 4.04 New Horizons - 4.05 Belly of the (...)
Game of Thrones : Review 7.04 The Spoils of War - 7.05 (...)
The Wolfpack : La review
The Strain : Review 4.03 One Shot
Game of Thrones : Review 7.03 The Queen’s Justice

Star Wars : Lucasfilm prépare enfin le film sur Obi-Wan
The Gifted : Les affiches mutantes
The Defenders : La série Marvel vue par ses acteurs
The Strain : Review 4.04 New Horizons - 4.05 Belly of the (...)
Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 : Un magnifique concept-art
Gotham : Sofia Falcone, une aide précieuse pour Gordon (...)
Ozark : Netflix renouvelle la série pour une saison 2
Il était une fois la vie [Coffret DVD / Coffret Blu-Ray] : La (...)
Bandes Annonces & Co : 18 août 2017
Justice League : Deux nouvelles affiches