261 connectés

EXCLU UNIF - Alice de l’autre côté du miroir : Ken Ralston et les effets spéciaux

Date : 16 / 10 / 2016 à 12h45
Sources :

Unification


A l’occasion de la sortie en DVD et Blu-ray d’Alice de l’autre coté du miroir le 19 octobre, Unif a eu la chance d’interviewer Ken Ralston le grand maître des effets spéciaux du film.

Bonjour Ken Ralston ! Pouvez-vous rapidement vous présenter ?

Je m’appelle Ken Ralston, superviseur en chef des effets visuels pour…. tout ! Pour Alice de l’autre côté du miroir avec l’autre superviseur, en l’occurrence Jay Redd, n’oublions pas Jay…

Avec combien de personnes avez vous travaillé pour créer Alice de l’autre côté du miroir et les créatures ?

Beaucoup !

C’était une grosse équipe ?

Disons des centaines de personnes, et pas juste pour le travail des images, mais il y avait aussi les gens de Double Negative qui ont fait une partie du travail sur le film. Donc je pense plutôt un millier de personnes….

Pouvez-vous nous résumer les étapes de la création du look d’Alice de l’autre côté du miroir ?

C’est un processus qui commence - en dehors du script et de savoir de quoi parlent les scènes – en collaboration avec le concepteur de production qui imagine toute cette superbe imagerie du film. Et puis des miniatures sont construites, des maquettes qui permettent de voir à quoi ressemblent certains des éléments du film… Il y a les gens du story board et nous travaillons avec toutes ces équipes. Ce n’est pas juste comme si quelqu’un vous donnait un story board et que vous partiez avec pour travailler dessus, c’est complètement interactif, et on travaille tous ensemble. Et puis il y a aussi l’équipe de prévisualisation qui crée une version numérique simplifiée du film afin de pouvoir travailler sur le montage, pour voir les scènes qui fonctionnent et celles qui ne fonctionnent pas, et tout ça s’accumule pour créer le look final.

Et j’ai toujours dit que le plus gros danger, c’est la quantité phénoménale de travail technique qui doit être effectué : ça ne doit pas devenir un obstacle à l’obtention du look artistique définitif du film. Donc lorsque vous voyez, assez tôt dans le processus, une illustration qui représente une des scènes du film et que vous vous dites ‘C’est vraiment cool, on va faire ça !’, eh bien lorsque c’est le moment de faire ça un an plus tard, beaucoup de choses se seront passées, techniquement, qui vont contribuer à vous empêcher de le faire. Donc vous devez conserver cette image et cet enthousiasme du début pendant tout le processus pour obtenir le look final du film, et toujours vous souvenir de ce qui vous avait tellement excité lorsque vous aviez vu cette image pour la première fois.

Absolument, et surtout avec l’évolution rapide de la technologie ces temps-ci…

Ça change pendant que nous sommes en train de réaliser le film !

Eh oui !

C’est vraiment ennuyeux !

Donc généralement, ça prend combien de temps de réaliser tout l’univers des effets spéciaux depuis la pré-production jusqu’à la fin de la post-production ?

Chaque film est différent, mais pour celui-ci, ça a pris plus de deux ans.

Wow, d’accord !

Je sais, ça a pris vraiment beaucoup de temps depuis les premières discussions jusqu’à la sortie du film, beaucoup de temps. Et ce n’est pas comme si on avait eu des moments tranquilles, pas du tout ! C’était dingue en permanence !

Je sais que vous avez déjà plus ou moins répondu à cette question, mais on voudrait savoir quels ont été vos principaux défis sur ce film, pouvez vous nous donner des détails sur une scène en particulier ?

Eh bien les défis principaux étaient les océans du temps à cause de leur nature, et aussi la rouille à la fin du film parce que… il y a des morceaux du film qui sont plutôt abstraits ce qui veut dire que… c’est une chose de concevoir la capsule du Maître du Temps, ce qui était déjà compliqué, mais c’était des formes solides, mécaniques, faciles à comprendre, mais le reste… les océans sont abstraits, ses actions sont abstraites lorsqu’on doit en discuter avec les autres. Donc on a dû passer des mois et des mois à faire des tests pour montrer au réalisateur les mouvements, les couleurs, l’éclairage, les idées éventuelles pour rendre ça plus ou moins bizarre, comment est-ce que les images des personnages que l’on voit au milieu des l’océans du temps se mélangent et comment cela affecte l’environnement… C’est pareil avec la rouille, c’est une abstraction : comment elle bouge, comme elle explose et se répand de partout… Ça demande beaucoup d’efforts supplémentaires pour trouver le look que tout le monde aime et dont on pense qu’il va fonctionner dans le film… Ce genre de chose continue ad nauseam, mais c’est juste la nature de la chose, c’est difficile de peindre ça. Et trouver le look à ce moment là, avant de commencer à l’intégrer dans le film, ça ne fonctionne pas vraiment bien.

Et en France, Alice de l’autre côté du miroir sortira en BluRay et en DVD le 19 octobre. Est-ce qu’il y a tout d’abord des scènes spécifiques dont vous êtes très fier, et ensuite des scènes sur lesquelles vous avez travaillé mais qui ont été coupées au montage ?

Ça c’est intéressant… Je dirais fier de… je pense que les océans du temps et la rouille sont vraiment cool, mais en fait je pense que tout le travail à l’intérieur de la capsule du Maître du Temps quand elle le rencontre pour la première fois et visite… et voit pratiquement toute la capsule, et elle attrape la chronosphère et part en courant… c’était vraiment très amusant créativement, en termes d’éclairage, de profondeur, pour créer ce monde complètement fou…. Et je pense que, créativement, c’est probablement là que je me suis le plus amusé. Je ne sais pas ce qu’en dirait Jay Redd mais pour moi c’était probablement le passage le plus intéressant de tout le film, personnellement. En ce qui concerne ce qui a été coupé au montage, est-ce qu’il y en a ? Habituellement, il y a des tonnes de choses sur lesquelles nous travaillons qui sont définitives et qui finissent par êtres coupées au montage ! Je suis sûr qu’il y en a, mais je pense que je fais un blocage mental là dessus. Je sais qu’il y avait des personnages dans le scénario original qui ont disparu car le scénario a changé…

Intéressant…

Il y avait le personnage de Fate qui était là et puis qui n’y était plus, il y a quelques créatures qui n’ont jamais vu le jour… Donc coupé au montage il y avait… ah oui, vous avez raison : il y a avait toute une introduction sur la première rencontre entre Alice et le Maître du Temps, où elle entre, elle remonte ce long couloir, il est assis dans une chaise… Je pense que l’on a utilisé quelques moments de cette séquence dans les premières bandes-annonces… Et il est assis là, il fait semblant de dormir et il dit ‘Bouh !’ et c’est la première introduction qui a été complètement coupée au montage. La scène où elle le rencontre a été montée complètement différemment.

Ah, très intéressant !

C’en est une. Il y en a probablement plus dont je ne me souviens pas qui sont restées sur le sol de la salle de montage alors qu’elles étaient terminées !

Super !

Une parmi beaucoup d’autres…

Merci beaucoup Ken.


Questions : Loïc Marie
Traduction : Fred Remy
Remerciement à Renaud Hamard (Laboitecom) pour l’opportunité de cette interview


Alice au pays des merveilles est Copyright © Walt Disney Pictures Tous droits réservés. Alice au pays des merveilles, ses personnages et photos de production sont la propriété de Walt Disney Pictures.



 Charte des commentaires 


EXCLU UNIF - Alice de l’autre côté du miroir : Ken Ralston (...)
Alice de l’Autre Côté du Miroir : La bande annonce (...)
Alice de l’Autre Côté du Miroir : La nouvelle bande (...)
Alice de l’Autre Côté du Miroir : 5 affiches de (...)
Alice de l’Autre Côté du Miroir : La première bande (...)
Spider-Man - New Generation : La critique
Star Trek - Short Treks : Review 1.03 The Brightest Star
Umbrella Academy : La première bande annonce de la série (...)
Godzilla 2 - Roi des Monstres : La nouvelle bande annonce
Bad Boys For Life : Joe Pantoliano reprend du service
Leprechaun Returns : Les photos du retour de la créature
The Politician : Jessica Lange (encore) dans la nouvelle série de (...)
Ki-oon : Les sorties de décembre 2018
Dungeons & Dragons - Art et Arcanes : La critique du (...)
Bandes Annonces & Co : 11 décembre 2018