277 connectés

Magic 2016 : La conférence de Buichi Terasawa

Date : 12 / 03 / 2016 à 08h00
Sources :

Unification


Lors du deuxième salon MAGIC à Monaco, l’invité d’honneur était Buichi Terasawa.
Il s’est prêté à une conférence menée par Olivier Fallaix.


Vous avez débuté par du shojo, manga destiné pour les filles. Quand on connaît votre carrière et vos histoires, c’est assez atypique. Pour quelles raisons avez-vous débuté par ce genre ?
J’ai fait des histoires de romance car au départ il y a eu un concours pour gagner de l’argent en faisant un shojo. Je souhaitais gagner cet argent pour me lancer dans le domaine du cinéma.

Vous avez été assistant d’Osamu Tezuka durant un an, qu’avez-vous appris à ses côtés.
J’aidais sur tout, que ce soit encrage, bulle, mais je faisais principalement des paysages. J’ai beaucoup appris sur l’œuvre Phénix de Tezuka. J’étais en charge de réaliser une version condensée de l’histoire et donc je devais sélectionner les passages les plus importants C’est la plus grande chose que Tezuka m’a appris. Ce fut un véritable cadeau.

Vous avez commencé rapidement avec Cobra dans le Shonen Jump. Comment s’est passée la rencontre avec l’éditeur ?
Quand j’ai proposé le projet de Cobra, l’éditeur a souhaité changer quelques aspects de l’histoire comme le fait que le héros soit un enfant. J’ai clairement refusé. Il y a eu un bras de fer avec l’éditeur qui m’a dit que bon nombre de mangakas souhaitaient être publiés et que je n’étais pas le seul en liste. Je n’ai pas cédé et j’ai pu publier l’histoire que je souhaitais.

Vous vous êtes fortement inspiré de Jean-Paul Belmondo pour créer Cobra ?
J’avais vu un film avec Jean-Paul Belmondo. Son personnage à la fin mourrait et il se fermait lui-même les yeux. Son personnage était libre et c’est ce qui m’a fortement influencé.
Au Japon, Alain Delon et Jean-Paul Belmondo étaient connus, mais le premier avait un sale caractère, donc mon choix s’est porté sur le second.

Barbarella de Vadim a eu un impact sur Cobra ?
Oui en effet tout particulièrement sur le design des costumes, les soutiens-gorge en plastique. Je suis aussi un admirateur de Jane Fonda qui a influencé le personnage de Jane, une des trois filles du Capitaine Nelson.

Vous êtes un grand consommateur de cinéma et d’autres films vous ont inspiré ?
Oui tout à fait comme Star Wars, ou Blade Runner entre autre.

Vous avez dessiné Cobra durant 7 ans, l’éditeur ne vous a pas demandé de faire évoluer le personnage ?
Je ne m’adapte pas, c’était un refus catégorique de ma part.

C’est plutôt rare dans le Shonen Jump ?
Comme je le disais un peu plus haut j’ai été clair depuis le début.

Il y a eu une adaptation en film et une série en 1982. Qu’en avez-vous pensée ?
Je n’ai pas aimé le film. Je n’étais pas au courant de sa réalisation. J’étais hors de moi quand je l’ai su. D’ailleurs je le renie. J’ai pu tout de même discuter avec les personnes en charges du film et de la série. Cette dernière je l’apprécie, car il y a eu un échange au préalable.

Vous avez un intérêt pour l’animation, vous avez d’ailleurs fait du storyboard. Pouvez-vous nous en dire plus ?
J’ai été réalisateur sur les OAV de Kabuto et je me suis chargé de l’histoire et du storyboard. Je me suis investi dessus car c’était mes histoires.

Mangaka et faire de l’animation sont deux métiers différents. Quel a été votre investissement pour passer de l’un à l’autre ?
Il n’y a pas eu de difficulté particulière, car une fois que l’on sait dessiner, on peut faire un film d’animation.
J’ai une vision personnelle du métier de réalisateur. Pour moi Cameron est un bon réalisateur car il sait dessiner à l’inverse de Kurosawa.

Il y a eu un projet de film d’animation de Cobra par le studio Madhouse qui n’a pas vu le jour dans les années 90. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?
Le projet a capoté car un des producteurs a fait faillite. C’est l’histoire du Psychogun qui devait être adaptée. On m’a dit que le film coûterait trop cher. D’autre part, je souhaitais qu’il soit fidèle au manga. Il y a eu un désaccord.
Finalement, j’ai rencontré une maison de production avec que des femmes qui aimaient Cobra et les OAV de 2008 sont sorties.

Après la sortie de Cobra vous avez réalisé d’autres mangas et vous vous êtes intéressés à la création par ordinateur. Pourquoi cet intérêt ?
Quand on lit un manga il y a un jeu d’ombre et de lumière. Et c’est aussi la base d’un travail par ordinateur. J’ai découvert le Macintosh, car je suis un fan de technologie et je me suis lancé dans l’aventure.
A cette époque, les éditeurs n’avaient pas les moyens qu’on leur envoie les planches en numérique. Je devais donc à chaque fois les imprimer pour leur envoyer. Il a fallu attendre 5 à 6 ans pour que cela soit plus facile.

Vous avez décidé de reprendre Cobra par ordinateur, pour quelle raison ?
J’aime la nouveauté que procure les nouvelles technologies et je souhaitais donner un souffle nouveau à Cobra, mais c’est toujours le même Cobra avec le même caractère.

Quel est votre processus de dessin ?
J’imagine l’histoire dans ma tête, je dessine avec l’aide de mes assistants.

Alexandre Aja souhaite adapter Cobra en film quel est votre sentiment et votre implication dans ce projet ?
C’est plus mon manager qui s’en occupe car si je mets mon nez dedans cela risque de ralentir le projet.
A un moment Hugh Jackman était sollicité pour faire Cobra, mais comme il a eu d’autres succès au cinéma, cela ne s’est pas fait.
Idéalement Jean-Paul Belmondo avec 30 ans de moins et plus blond serait parfait.

Y aura-t-il une conclusion à Cobra un jour ?
Les histoires de Cobra ne se finiront jamais tant que je serai en vie.

Unification a eu la chance de poser une question à Buichi Terasawa concernant ce teaser.

Comment s’est fait cette rencontre avec la Shibuya Production et quelle va être votre implication dans ce projet ?
Ce qui est sûr c’est que je veux tout suivre, c’est important pour moi. Et en tant que mangaka, j’ai fait plein de choses tout seul et il est primordial pour moi de voir toutes les étapes et de garder un certain contrôle de cette œuvre.

Durant la journée, la Shibuya Production, organisatrice du Salon MAGIC a fait une annonce et a présenté un teaser sur un reboot de l’arc mythique du Rugball en animation.



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Comic Con Paris : Les invités de l’édition 2019
Cartoon Forum : Toulouse accueillera la 30ème édition du 16 au 19 (...)
Star Wars Celebration : Les beaux murs de la convention
Star Wars Celebration : Une nouvelle affiche qui commémore la (...)
Star Wars Celebration : Les posters exclusifs de l’édition (...)
Watchmen : La déconstruction des super-héros selon Damon (...)
Supergirl : Mitch Pileggi et Cara Buono rejoignent la saison (...)
Marianne : Review de la saison 1
Glow : La série Netflix renouvelée pour une saison 4
Downton Abbey Le film : La critique
9-1-1 Lone Star : Une distribution dominée par Rob Lowe et Liv (...)
The Politician : Trois affiches pour la série de Ryan (...)
Confort de jeu : Le clavier gaming retro-éclairé Strike (...)
Netflix - Bandes annonces : 22 septembre 2019
Crisis on Infinite Earths : Erica Durance rejoint Tom (...)