289 connectés

Zootopie : Rencontre avec le producteur Clark Spencer

Date : 17 / 02 / 2016 à 13h12
Sources :

Unification


Le producteur Clark Spencer est venu à Paris pour présenter le dernier film en date du studio Disney, Zootopie et nous en dire plus sur sa conception. A la suite, Unification a pu lui posé quelques questions. Voici les infos à retenir.

Zootopie est le cinquante-cinquième long métrage du studio. Il conte les aventures de Judy, lapine des champs, venue à la ville réaliser son rêve car chacun peut devenir qui il veut. Son titre est la contraction de Zoo et Utopie. Dans certains pays dont le Royaume-Uni, il a du être changé en raison de copyrights existants et c’est donc sous le titre de Zootropolis que le film est distribué dans plusieurs pays.

Le film Disney Robin des Bois a servi de point de départ à ce monde peuplé d’animaux. John Lasseter souhaitait « un monde que l’on ait jamais vu ». Le monde montré est très moderne et pose des problématiques actuelles. Les critères définis pour la ville étaient une immense cité composée de quartiers fort différents comprenant une cinquantaine d’espèces animales qui y vivent selon leurs besoins propres.

Des animaux anthropomorphiques

Tous les animaux marchent sur deux pattes, ils vivent dans un monde proche du nôtre culturellement. Et c’est là que des questions comme : Comment les éléphants servent de la glace ? Comment les tigres dansent ? Comment fait on tenir dans le même plan un éléphant et une girafe ? sont devenues existentielles pour la réussite du projet, parce que même si les situations sont peu banales, elles doivent être crédibles.
Chaque espèce d’animaux a été étudiée dans les moindres détails. Les créateurs tenaient à ce que les proportions entre les différentes espèces soient maintenues. Ainsi, une girafe qui est 95 fois plus grande qu’une souris devait pouvoir cohabiter en paix avec ces petits rongeurs.
Les animateurs ont passé des mois à étudier les animaux :leurs caractéristiques physiques mais aussi comportementales. Ils ont mené leurs observations dans les zoos voisins mais aussi lors de voyages organisés au cœur de la savane. C’est là qu’ils ont choisi pour mascotte un zèbre, un vrai zèbre.

Choix des espèces et des personnages principaux

Il y a de nombreux animaux présents dans la ville mais que des mammifères et parmi eux pas de singes. Au tout début, les primates étaient prévus mais c’est pour ne pas influencer le public qu’ils ont été levés : les singes sont réputés plus malins et ils risquaient d’être perçu comme tel au premier abord. Même un film qui lutte contre les préjugés peut les craindre. Les reptiles ont aussi été évincés pour pouvoir mieux se concentrer sur les personnages principaux.
Au fur et à mesure que le projet progressait, une idée est apparue : il y a naturellement des prédateurs et des proies. Et bien vite, le duo renard/lapine a fait surface. Ce choix a été influencé par les goûts personnels du réalisateur et du producteur. En effet, Byron Howard adore dessiner des lapins et Robin des Bois est un des films préférés de Clark Spencer. Parfait pour la thématique.

Un important changement de direction au niveau du scénario a eu lieu suite à des séances tests en présence du public. Au début c’était le renard le héros : il se rendait compte qu’il n’avait pas grand chose et qu’il pouvait faire mieux que sa condition de renard. Mais au bout de 6-7 mois de travail, des projections tests ont eu lieu et les spectateurs ont montré beaucoup d’intérêt pour la lapine par ce qu’elle veut devenir ce dont elle rêve.

Une ville extraordinaire

La ville est composée de divers quartiers juxtaposés. Chacun devait avoir une essence propre et représenter un milieu de vie particulier : forêt tropicale, désert, toundra... Ce sont des lieux réels qui ont servi d’inspiration : Moscou, Dubaï, Monaco, le Pérou. Et ce n’est pas tout à fait un hasard si le plan de Zootopie ressemble étrangement à celui de Disneyland.

Le monde proposé est résolument moderne. Les animaux vivent avec une technologie identique à celle des humains aujourd’hui. Pour déterminer les parts d’animalité à garder, il y a eu de nombreuses réflexions. Judy par exemple utilise un smartphone mais elle va tout de même bouger le nez comme un lapin. Même dans la conception de la ville, les créateurs ont fait en sorte par le choix des matières ou des formes, que les bâtiments aient l’air construits par des animaux mais qu’ils puissent être crédible vis à vis du public.

Pour rendre les décors plus vivants, le studio a développé un logiciel « Keep Alive » permettant de gérer des éléments tels que le vent, un élément très difficile à reproduire de manière naturelle. Il aura fallu neuf mois de recherche pour arriver à une simulation de vent réaliste. Petite difficulté supplémentaire du film : les animaux ont des poils et le souffle du vent dans celui-ci a retenu une attention toute particulière.
Si le film est entièrement réalisé par ordinateur, les premières esquisses ont toutes été faites à la main à commencer par le travail de Byron Howard, le réalisateur.

La musique, une place particulière

La musique est très importante pour la production de Zootopie mais il a été décidé que comme le monde décrit était très moderne, il serait inapproprié que les personnages se mettent à chanter. C’est un style World Music qui a été choisi pour la BO.
Pour l’interprète de la chanson phare, try everything, le studio voulait un artiste de renommer internationale afin de pouvoir toucher le plus de monde possible. Shakira a été choisie car elle comptait beaucoup de fans chez Disney et ses nombreuses implications dans les œuvres de charité donnaient une image positive.

Les studios Disney ont mis leur savoir faire à exécution pour faire de Zootopie un film unique et n’oublions pas l’importance de l’humour dans l’histoire car comme le dit John Lasseter « c’est le seul Disney où l’on peut voir de la nudité frontale ».


Les films sont Copyright © Walt Disney Pictures Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Walt Disney Pictures.



 Charte des commentaires 


Ralph 2.0 : La nouvelle bande-annonce
Ralph 2.0 : Réunion au sommet pour les princesses Disney
Ralph 2.0 : La première bande annonce
Vaiana - la légende du bout du monde : Table ronde avec les (...)
Vaiana, la légende du bout du monde : Nouvelle bande annonce et (...)
Star Trek Discovery : Une saison 2 étendue
Glass : Troisième bande annonce
Doctor Who : Review 11.10 The Battle of Ranskoor Av Kolos
The Toxic Avenger : Un reboot annoncé par Legendary
Sister Act 3 : Disney prévoit un troisième film pour son service (...)
Amazing Stories : Edward Burns pour jouer dans un épisode de la (...)
Trailers voDvd & co : 12 décembre 2018
PIFFF 2018 : Le Weekend
Saboteur - La Grande Aventure : La critique du jeu coopératif... (...)
Bandes Annonces & Co : 12 décembre 2018