360 connectés

Japan Expo 2014 : Ryuhei Tamura - La conférence publique

Date : 16 / 07 / 2014 à 09h16
Sources :

Unification France


Rencontre avec le jeune auteur de Beelzebub, gros succès du magazine Jump dont la publication vient de s’achever au Japon. Il était accompagné de son responsable éditorial, M. Monji. Il nous était interdit de prendre des photos de l’auteur au cours de la conférence, c’est pour cela que vous ne trouverez pas de photos du mangaka sur cette page.

Qu’est ce qui vous a donné envie de devenir mangaka ?
Quand j’étais à l’école primaire, un de mes amis dessinait déjà des mangas. Quand j’ai vu ce qu’il faisait, je me suis dit. « Tiens, ça a l’air bien. Je devrais peut être essayer moi aussi. »

Et donc, vous dessiniez déjà étant enfant ?
Oui, dès que j’ai été capable de tenir un crayon, j’ai commencé à faire des illustrations.

Et quel genre de lecteur de mangas étiez vous ?
J’ai eu la chance d’avoir une maman qui aime les mangas et je lisais tout ce qu’elle ramenait à la maison. C’était une chance pour moi.

Et vous recopiiez ces mangas ?
Oui, je prenais beaucoup de plaisir à lire Dragon Ball, Saint Seiya et Captain Tsubasa et à refaire les personnages de mes séries préférées.

Avez vous suivi une formation particulière pour devenir mangaka ?
J’ai commencé à faire des études dans une école spécialisée dans l’animation. Au bout d’un certain temps je me suis aperçu que j’étais plus intéressé par le manga, alors j’ai changé de voie.

Quel fut votre premier contact avec le milieu professionnel du manga ?
Mon premier contact avec le milieu a été quand j’ai envoyé des planches au magasine Shonen Gangan. J’étais un grand fan de Emblem of Roto et j’avais envoyé des yonkoma (mangas en quatre cases) autour de Dragon Quest. Il y a diverses attributions de prix qui sont remis dans les cas comme ça et j’avais remporté le prix le plus bas. il faut dire que je manquais beaucoup de maturité, je devais avoir environ 16 ans.

Comment avez-vous décroché un contrat avec une grande maison d’édition comme la Shueisha ?
Le vrai début s’est fait aux alentours de 20 ans quand j’ai quitté l’école d’animation et j’ai décidé de présenter mon travail au JUMP via un concours. Je me disais que quitte à tenter ma chance il fallait que ce soit dans le plus grand magazine. Et dans mon cas ça a marché. On m’a proposé de faire quelques histoires courtes et quand elles ont plu à l’éditeur je suis passé à l’étape suivante avec des histoires complètes d’une quarantaine de pages pour les proposer aux lecteurs. Si la réaction est positive, on peut se faire proposer de commencer une série dans le magazine. J’ai ainsi proposé un prototype de Beelzebub

Votre première série est rapidement devenu un succès au Japon. Comment avez vous ressenti ça en tant que jeune auteur ?
J’ai d’abord ressenti une très grosse pression. JUMP est un magazine dont j’ai lu tous les numéros depuis mon enfance où ont exercé tous les auteurs qui m’ont influencé. Me retrouver dans le même magazine qu’eux, avoir mon manga à coté des leurs, c’était tellement incroyable, c’était une telle pression que quand j’avais le magazine entre les mains, je sautais les pages de mon mangas pour passer à la série suivante car j’avais presque honte de ce que je faisais.

Comment organisez-vous votre travail pour rendre vos 20 pages hebdomadaires ?
La semaine se découpe d’abord par une journée de réunion avec le responsable éditorial, M. Monji. On discute ensemble et on voit comment va se découper le travail sur le reste de la semaine et quel sera le thème du chapitre de la semaine. Ensuite, pendant les trois jours qui suivent, je réfléchis au découpage à proprement parler du chapitre. Et à partir du 4ème jour, j’entre vraiment dans la phase active de dessin et c’est là qu’arrivent mes assistants. Ils arrivent le matin vers 9 h et le travail se prolonge jusque tard le soir, parfois 3 h du matin. Je ne peux pas imposer un tel rythme à d’autres personnes alors il y a des roulement de sorte à ce qu’il y ait toujours au moins 6 personnes à l’atelier. 4 assistants travaillent sur les arrière-plans, un autre sur les effets graphiques (lignes de vitesse, etc...) et un dernier sur la pose des trames. Ce rythme se poursuit pendant les 4 jours qui restent. Le septième jour les planches sont prêtes à être remises. À ce moment-là, j’appelle mon responsable pour qu’il vienne les chercher. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, Monji vient et on fait la réunion pour le chapitre suivant. Il n’y a pas de jour de repos. Je suis content de pouvoir le faire maintenant que mon manga est terminé.

Il est important de travailler en osmose avec le responsable éditorial ?
La relation entre le responsable et le mangaka va dépendre selon le magazine. On dit souvent que chez JUMP, les deux sont importants dans le processus créatif.

Pourriez vous envisagez de prendre un jour des jeunes dessinateurs en herbe français comme assistants ?
La première condition, se serait que j’apprenne le Français pour pouvoir communiquer avec eux mais pour le principe, s’il est motivé, il est le bienvenu.

Beelzebub est un manga qui a très bien marché au Japon. Comment avez vous vécu son adaptation en animé.
J’étais très content de l’apprendre mais dans mon esprit, le manga et l’animé de Beelzebub sont deux univers distincts l’un de l’autre et je me suis dit qu’il fallait que le manga devienne au moins aussi bon que le dessin animé.

Il y a de très nombreuses références aux jeux vidéo dans Beelzebub. Êtes-vous vous-même un joueur ?
Vous aurez remarqué qu’il y a beaucoup de références à Dragon Quest dans le manga. C’est un jeu auquel j’ai énormément joué. Ces derniers temps, je n’ai pas vraiment eu le temps d’y jouer. J’aimais bien les RPG, mais là, je n’ai plus vraiment de temps que pour des jeux de baston.

Justement, en parlant de jeu de baston il y a le jeu J-Stars Victory Battle qui est sorti avec plusieurs personnages issu des pages de JUMP dont Tatsumi Oga, votre personnage avec Baby Beel sur le dos. Vous auriez envie de balancer ses meilleures attaques électriques sur Son Goku ou Naruto ?
Je suis très content de voir mon personnage dans ce jeu-là. Et voir Oga se battre contre Son Goku, c’est un plaisir incomparable. Il faut savoir que Oga a une grande admiration pour Goku en tant que personnage de manga et quand les concepteurs du jeu ont commencé à faire le doublage, ils ont voulu que Oga parle avec respect à Son Goku en l’appelant Goku-san, mais au final, cette marque de respect ne collait pas avec le caractère du personnage.

On croise beaucoup de délinquants dans le manga. Est ce que vous-même avez côtoyé des loubards ?
Non, je ne fais pas partie des personnes qui ont côtoyé les loubards au lycée. Je fais plutôt partie de ceux qui changent de trottoir quand j’en vois. Et même s’il y a pas mal de combats dans l’histoire, je n’ai jamais pratiqué d’arts martiaux de ma vie. Mais bon, j’ai regardé pas mal de films avec Jackie Chan.

Entre rendre les planches à la date prévue et devenir la nounou de Baby Beel, quelle tâche est la plus difficile selon vous ?
Je pense sincèrement qu’il est beaucoup plus difficile d’être la baby-sitter de Baby Beel que de rendre les planches à l’heure. Si Beel devait faire une seule crise de larmes, ça suffirait à me tuer. Je serais tout de même parfois tenté de pactiser avec le diable si ça pouvait me permettre de rendre mon manga meilleur.

Comment est venue l’idée derrière Beelzebub ?
Au départ, j’avais envie de dessiner un manga de voyous. J’essayait de trouver un concept intéressant et je me suis dit « Tiens, si je lui met un bébé sur les épaules et qu’il doive se battre avec ça, ça pourrait donner quelque chose d’assez amusant. » Je pensais que ça apporterait une touche d’originalité au genre, vu qu’il y a un grand nombre de titres avec des voyous au Japon.

Votre manga brise les codes du shonen en les accentuant à fond. Est ce que c’était votre intention dès le départ ?
Très sincèrement, je ne pense pas être sorti des codes du shonen. Au contraire, je pense être resté dans le shonen classique au sens traditionnel. Néanmoins, quand ma série a commencé à être publiée dans JUMP, il y avait des œuvres destinées à un public un peu plus âgé. Je me suis simplement dis que je pourrais apporter quelques chose de plus léger dans le magazine.

Beelzebub vient de se terminer. Mais est ce qu’une suite est prévue ?
J’y pense en effet. Je fais encore des chapitres hors-série tous les deux mois environ. Mais mon souhait est d’abord de travailler sur un autre projet et ensuite, je réfléchirai à une suite que j’aurais en tête.

Avec quels auteurs de JUMP êtes vous devenu ami ?
Je ne fais pas partie des auteurs qui ont le plus d’amis parmi les dessinateurs de JUMP. Dans les auteurs actuels qui sont publiés, il y a Shun SAEKI, l’auteur de Food Wars ! avec qui j’ai de bonnes relations et a qui j’envoie des messages pour qu’on aille déjeuner ensemble. Mais forcément, comme on est publié dans un hebdomadaire avec le rythme de travail que vous connaissez, il est très occupé.

Et quelles sont vos séries préférées actuellement dans JUMP ?
Je porte un intérêt particulier à Hunter x Hunter dont la publication a repris récemment et j’en suis très content.

Comment arrivez vous à équilibrer ainsi l’humour et les scènes d’action ?
En fait, je suis quelqu’un qui se lasse très vite de tout. Quand je ne fait que des scènes de baston, au bout d’un moment j’ai envie de faire passer des scènes de gags. Et à l’inverse, quand je fais une succession de scènes de comédie, j’ai envie de faire des scènes de combat parce que j’en ai marre. C’est comme ça que j’arrive à trouver naturellement une sorte d’équilibre dans mon manga.

Si Oga devait sortir avec une fille, est ce que ce serait plutôt avec Hilda ou avec Aoi ?
Dans mon esprit, Oga reste un garçon de 11 ans d’âge mental et qu’il va rester à ce stade toute sa vie. Je n’imagine pas qu’il va un jour développer une relation amoureuse. Au bout du compte, il ne sortira avec personne. Le seul contact humain qu’il apprécie au final, c’est son poing dans la figure d’un autre d’un autre garçon.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Paris Manga & Sci-Fi Show 25 : Richard Dean Anderson vient le (...)
Salon des séries et du doublage 2017 : un programme au (...)
Salon des Séries 14ème : Le plein de surprises !
Geek’s Live 2017 : Le bilan
Geek’s Live 2017 : Le programme
[Spectacle] Stomp : La critique
Bienvenue à Suburbicon : Les résultats du concours
Big Little Lies : HBO donne le feu vert pour la suite
14 - 18 : La critique du tome 8
Bandes Annonces & Co : 13 décembre 2017
Star Wars - Les derniers Jedi : La critique
X-Men - Dark Phoenix : Corriger les erreurs du passé
Krypton : La nouvelle bande-annonce
Star Wars - Les derniers Jedi : L’entrainement en affiche (...)
Doctor Who : Bande-annonce de l’épisode spécial de (...)