246 connectés

Out There : La critique du tome 1

Date : 22 / 12 / 2013 à 12h45
Sources :

Unification France


Out There
tome 1

• Éditeur : Glénat
• Scénario : Brian Augustyn
• Dessin : Humberto Ramos
• Collection : Comics
• Sortie le : 20 novembre 2013
• Format : 152 pages
• Taille : 173 x 265 mm
• ISBN : 9782723492164
• Prix : 14.95 €

Dans la petite ville d’El Dorado, les choses ne semblent pas se passer de façon très naturelle... Des créatures démoniaques ont fait alliance avec les notables pour s’emparer des lieux et contrôler ses habitants. Un groupe de collégiens va se trouver aux prises avec l’impensable...

Retrouvez tout le talent d’Humberto Ramos (Crimson, Spider-Man, Fairy Quest) dans une saga inédite en album qui voit une ville plonger en enfer. Il faudra tout le courage de quatre adolescents hors du commun pour déjouer cette menace.

Un récit culte enfin disponible !

Cliquez pour Découvrir les premières planches.

Décryptage :
La ville d’El Dorado en Californie. Le mal s’étend comme une tâche sur cette citée fondée lors de la ruée vers l’or. La ville a été volontairement et secrètement livrée au mal par ses dirigeants. En échange, on leur a promis une récompense. Des être invisibles et malveillants vivent au milieu de la population, s’imprègnent des usages humains et savourent les délices de notre monde. Comme ils vivaient en décalage avec notre réalité, les humains ne peuvent pas les voir... sauf 4 adolescents. Ce qu’ils voient et pourquoi reste un mystère pour eux. Ils ne savent que 2 choses : la situation est grave et eux seuls peuvent espérer arrêter le processus. Et ils ont raison.

Mark, Zach, Casey et Jess sont 4 collégiens que tout sépare mais que les étranges événements qui se déroulent dans leur petite ville va rapprocher. Ensemble, ils sont la seule chance de sauver l’Humanité de ces monstres qui semblent avoir choisi leur petite ville tranquille, qui de plus s’appelle El Dorado, pour entamer leur invasion. El Dorado est une petite ville comme il en existe plein aux USA mais eux vivent encore plus repliés sur eux-même, en autarcie pour se protéger des violences du monde extérieur. Pour arriver à une telle tranquillité, les autorités de la ville ont passé, à l’insu de leurs concitoyens, un dangereux pacte avec Draedelus, puissant démon qui leur a promis monts et merveilles en échange de son aide. Il a envoyé en éclaireur quelques-uns de ses démons, invisibles à l’œil nu (sauf exception) et ayant la possibilité d’intégrer les corps qu’ils souhaitent, pour en prendre possession et en faire ce qu’ils veulent mais surtout pour des actes de violence.

C’est dans une ambiance sombre et automnale que se déroule cette BD qui mélange les codes du comics avec ceux du film d’horreur avec grand brio. Chaque chapitre (numéro) se termine par un cliffhanger digne de ce nom et chaque chapitre suivant démarre par un petit résumé plutôt explicite de l’histoire passée. Mon premier paragraphe est d’ailleurs un résumé issu de la BD. Notre bande de jeune, bien que très clichés (le capitaine de l’équipe de foot, la pom-pom girl, la fille solitaire limite Punk et le nerd) est assez originale dans le genre "sauveurs du monde improvisés." Ils sont sympathiques, intéressants et très attachants. Nos 4 héros en plus de devoir sauver le monde, vont devoir aussi faire face à leurs problèmes d’adolescents et c’est ce qui rend aussi cette BD très humaine et très amusante.

L’histoire est somme toute assez classique, une bande de jeune qui se serrent les coudes et s’entraident malgré leurs différences pour se défaire du mal, mais plutôt bien construite. Les éléments importants à l’histoire ne sont dévoilés qu’au fur et à mesure avec soin. L’histoire va aussi chercher son inspiration du côté de films aussi différents que L’invasion des profanateurs de sépultures, The Faculty ou les Goonies, voir d’autres du même acabit. Les dessins très cartoon/comics, très dynamiques et donnent une dimension moins sombre et plus accessible à l’histoire, ils sont d’ailleurs très beaux et très soignés.

Nouvelle édition, nouvelle couverture (inédite) pour cette incroyable histoire de Brian Augustyn mise en image par Humberto Ramos. Elle prend merveilleusement sa place dans la déjà très riche collection Comics de Glénat qui là encore fait une excellente opération en proposant ce titre. Vous l’aurez compris ce titre vaut le déplacement et l’investissement pour une historie qui sera distillée sur 3 volumes.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Fenice Les ombres du temps : La critique
Crime et Châtiment : La critique du manga
Farmhand : La critique du tome 1
Chambre froide : La critique
Seule dans l’espace : La critique
Space Force : Les inspirations Trekkiennes de Donald (...)
La voie de la justice : La critique
Ares : Review de la saison 1
Doctor Who : Jodie Whittaker de retour pour la saison (...)
Birds of Prey : Harley Quinn et ses amies pour les produits (...)
Migrants : Découvrez le court-métrage made by Neill Blomkamp
The House on Mango Street : Gaumont adapte La petite fille de la (...)
Alien III : Audible donne vie au scenario de William (...)
Netflix - Bandes annonces : 26 janvier 2020
The Falcon and the Winter Soldier : Premier aperçu de U.S. Agent (...)