378 connectés

Flash Gordon : Premier aperçu de la série

Date : 29 / 06 / 2007 à 00h05


Cet été, le 10 août exactement, la chaine Sci Fi USA va diffuser l’épisode pilote de sa nouvelle série : Flash Gordon. La série d’action sera basée sur la BD originale de 1934. Le nom peut être familier grâce au feuilleton radio, aux romans, aux films, aux séries de dessins animés, mais Sci Fi remet le personnage sur le devant de la scène en commençant par le début de l’histoire du héro. Eric Johnson (Smallville) la canadien qui va jouer Flash réponds à quelques questions :

Avant de commencer à travailler sur la série, que connaissiez-vous du héro ?

Quasiment rien en fait. Quand j’étais gamin, je ne lisais pas de BD. J’étais trop perdu dans mon monde fantastique à moi pour lire autre chose. Ma femme par contre est une fan de Comics. Comme la plupart des gens j’en ai entendu parler mais je n’étais pas familier avec la mythologie. J’ai regardé certains trucs comme le film de 1980 et j’ai vu quelques épisodes du feuilleton qui a été fait dans les années 30. J’ai potassé une biographie en ligne de chez A&E. Wikipedia fut d’une grande aide. Internet est une mine d’information.


Commencez-vous à entendre la chanson de Queen dans votre tête ?

Vous savez, je me met à espère que la chanson sera jouée à chaque fois que je monterai sur scène. Ce serait plutôt cool mais ça deviendrait lassant.

Peut-être pour les autres. Vous l’avez enfin sur votre iPod ?

(rire) Oui j’ai toute la BO

Est-ce que le fait d’avoir un background de science-fiction, avec votre travail sur Smallville, vous aide à trouver comment aborder le personnage de Flash ?


Oui. Il y a un certain archétype de héro dans les BD et dans ce monde. Flash Gordon en est un bon exemple. Vous savez, perdre son père étant jeune. Avoir le désir de faire la chose juste et se battre pour les faibles. Ce que j’aime beaucoup à propos de Flash c’est qu’il est unique dans le monde des héros, c’est qu’il n’a pas de super pouvoirs. C’est un gars qui se retrouve pris au milieu de circonstances extraordinaires. C’est ce qui m’a parlé en lui, en fait. Il n’a pas de truc extraordinaire. Avec sa volonté et sa détermination, il essaie et il y arrive. Il devient un peu comme un sportif héro, le gars que vous avez envie d’être.


Il est donc comme votre personnage Whitney de Smallville, le joueur de football ?

(rire) Il y a une similarité là, oui. Juste un gars normal qui essaie de faire des choses biens. Les gens sont inquiet que je m’enferme dans ce genre de héros stéréotypés. Et moi je leur dit que non, parce que je n’en joue pas un, je joue un type normal. C’est plus un Indiana Jones qu’un Superman.

Qu’est qui dans la série, s’éloigne de la BD ?

Il y a forcement certains changements. On ne va pas refaire les années 30. A sa sortie, Flash était un joueur renommé de polo, ce qui ne serait pas très approprié à notre époque. Il a été un joueur de football, une star de la NBA, un nageur, je crois, alors maintenant c’est un marathonien, un peu plus qu’un gars normal.

Un nageur, vraiment ?

Je crois, à un moment ou à un autre dans une des séries.

Vous devriez essayer d’autres sports : patin à glace, curling…


Exactement. Je crois que c’est ce qu’ils vont faire, un patineur renommé ! Non, c’est un champion du marathon dans sa ville natale et il travaille dans le garage de sa mère à réparer des voitures. Il est normal.

Quel est son costume de non-super héro ?

Jeans et T-Shirt.

A-t-il au moins des bottes cool ?

Il a une voiture super cool : Une Firebird décapotable de 1967, la Flashmobile !!!!


Comment ça se passe avec les décors ? des surprises ?

On a une série énorme. C’est incroyable. Action et effets spéciaux. J’en ai l’habitude avec Smallville. On s’amuse beaucoup. On essaie de faire une grosse série en peu de temps. Gina Holden (qui joue Dale, la compagne de Flash) est une bénédiction pour la série. On est très chanceux avec notre distribution. Tout le monde est très enthousiaste. Comme on a pas le budget d’une série comme Heroes, on essaie d’être plus ingénieux. Je trouve que c’est ce qui fait que la série est bonne, le génie et la créativité que tout le monde montre. Les décors sont sublimes, ça rends incroyablement bien. Et je sais qu’ils ont fait ça avec un budget modique.

De quels décors parlez-vous ?

Le décor énorme de la planète Mongo. Ils sont incroyables. Je me baladais dessus époustouflé, on a des objets pour la série qui sont juste énormes. C’est très excitant.


Quand arrivez-vous sur la planète Mongo ?

On y arrive à la fin de la première partie du pilote. Mais le truc c’est qu’on est capable de faire des aller-retour.

Quel est le moyen de transport dans ce cas ?

C’est un vieux « trou de ver ». Le père de Flash était un scientifique qui développait la technologie. Je pensais qu’il était mort brulé mais il se trouve qu’il a été aspiré dans le « trou de ver » qu’il a créé. Alors maintenant, 13 ans après, quelque chose en est revenu et ce quelque chose, pas très gentil, me cherche.

Alors on ne verra rien qui ressemblera à un vaisseau spatial ?

Pas pour le moment. Mais il y a des trucs très cool sur la planète Mongo. J’ai vu des dessins préliminaire des trucs qu’on va devoir combattre. On va bien être occupé c’est sur.

Des créatures ?


Oui, et des vaisseaux, des types différents d’armes à rayons… c’est très fort. Il y a déjà une sonde et un androïde qui ont traversés. Je combat un androïde dans ma cuisine !

Le pauvre Flash !

Oui imaginez ma surprise

Le « trou de ver » était dans le four ?

(rire) je ne peux pas tout vous dévoiler !

Quand rencontrez vous Ming, le tyran impitoyable (joué par John Ralston) ?


Dans la seconde partie du pilote. On le croise assez vite en fait et on se rends vite compte qu’on ne peut pas lui faire confiance.

Est-ce que Ming sera complètement mauvais dans la série ?

Non et ce qui est incroyable avec lui c’est qu’il est très beau, un gars charmant. Très fort physiquement. Ce n’est pas un vieux despote tout rabougris. C’est un adversaire très, très digne. Flash et Dale vont avoir de quoi s’occuper. J’aime bien la façon dont les scénariste l’appréhendent. C’est une décision qui est venue très tôt. Ils ont pensé qu’il serait plus intéressant de faire de Ming quelqu’un qu’on peut comprendre doublé d’un adversaire très compétent.

Doit-on s’attendre à une rédemption ?


Ça n’ira pas aussi loin, on n’en est qu’au début mais je crois que vous serez capable de comprendre son histoire.

Parlez-nous de la relation de Flash et de Dale

Nous sommes des ex. L’histoire, c’est que nous nous sommes rencontrés pendant le mandat de Clinton. Elle est partie pour ses études et maintenant elle est de retour dans cette petite ville. Un reporter du journal local qui est fiancé avec un des flics de la ville. Et on a une histoire.

Vous finissez donc pas travailler et voyager dans les « trous de vers » ensembles ?

Exactement. Presque par accident, mais on fini par passer beaucoup de temps ensemble. Il y a donc une historie d’amour triangulaire. Mais on a aussi la très sexy princesse Aura et la très sexy chasseuse de prime Baylin qui vont y mettre leur grain de sel.

A qui s’adresse la série en particulier ?

A beaucoup de monde, je pense. C’est incroyable, parlez en aux gens entre 40 et 60 ans et vous verrez leur yeux s’éclairer. Et je crois que les ados vont adorer notre série.


Flash Gordon est Copyright © Flash Films et Reunion Pictures Tous droits réservés. Flash Gordon, ses personnages et photos de production sont la propriété de Flash Films et Reunion Pictures.



 Charte des commentaires 


Flash Gordon : La nouvelle série diffusée Sur Sci Fi
Flash Gordon : Nouvelle bande annonce !
Flash Gordon : Premier aperçu de la série
Flash Gordon : Johnson décroche le rôle titre
Flash Gordon : Nouveau lancement pour Flash
Chroniques Oubliées Contemporain : La critique des 2 campagnes et (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 20 février 2019
Doom Patrol : 1.01 Pilot
Jessica Jones / The Punisher : Séries officiellement annulées, (...)
La grande aventure LEGO 2 : La critique
Game of Thones : La série fait la couverture d’Empire
Harley Quinn : Le personnage en danger ?
Why Women Kill : Une nouvelle actrice annoncée
Grâce à Dieu : La critique
Nancy Drew : Kennedy McMann dans le rôle titre