288 connectés

Sherlock Holmes 2 : Noomi Rapace se confie !

Date : 26 / 01 / 2012 à 00h15
Sources :

Source : Collider


Noomi Rapace (mondialement connue pour son rôle de Lisbeth Salander dans la trilogie suédoise Millenium) s’est entretenue avec Collider sur sa vision du monde créé par Sir Arthur Conan Doyle, sa collaboration avec Guy Ritchie, Robert Downey Jr. et Jude Law dans Sherlock Holmes : Jeux d’Ombres.

Collider : Comment vous êtes-vous retrouvée dans cette aventure ?
Noomi Rapace : Tout d’abord, je me suis rendue dans les studios Warner Bros en août et j’y ai rencontré certains producteurs là-bas. Ensuite le lendemain, Susan Downey et Robert Downey Jr. voulaient me rencontrer, je suis donc allée les voir dans leurs bureaux à Los Angeles. J’avais 10 ou 15 minutes environ pour m’entretenir avec eux, nous avons parlé de nos rêves et des films que nous souhaitions faire. En fait, on en a pas du tout parlé. Dès le moment où je les ai rencontré, j’ai immédiatement ressenti cette même vision qu’avaient Robert et Susan - comment nous voulions travailler et quelle direction prendre. Par la suite, ils ont appelé mon staff, mon manager et mon agent deux semaines après, ils souhaitaient que je me rende à Londres pour rencontrer Guy Ritchie. C’est ce que j’ai fait, je l’ai beaucoup apprécié, et je pense que c’était réciproque. Donc tout s’est fait assez vite.

Collider : Vous êtes la nouvelle venue dans la saga. Robert Downey Jr. et Jude Law ont une alchimie incroyable. Est-ce-que ça vous a intimidée ?
N.R. : C’est comme si j’étais la nouvelle de la classe ou quelque chose dans ce genre là. Non, c’était vraiment sympa. Vous ressentez tout de suite que chaque membre a vraiment quelque chose de génial à apporter, c’est comme si vous entriez dans un monde où quelqu’un d’autre avait déjà fait le plus dur pour que vous puissiez vous sentir à l’aise, d’une certaine manière. On s’est tellement amusés sur le tournage mais autrement, nous avons travaillé sur nos personnages, les scènes, essayer de trouver la meilleure manière de raconter notre histoire. Donc, c’était surtout du travail de recherche.

Collider : Sir Arthur Conan Doyle n’avait pas intégré beaucoup de femmes dans ses romans, mais elles étaient très fortes - est-ce-que c’est pareil ?
N.R. : Lorsqu’on a présenté mon personnage à la presse, les journalistes ont dit « Oh, des types, ils ont parlé de vous comme si vous étiez un des personnages masculins du film. » Et je me suis dit « Oui ? Est-ce-que c’est une bonne ou une mauvaise chose ? ». Je pense que c’est une femme forte.

Collider : Comment s’est déroulée votre expérience hollywoodienne par rapport à ce que vous pensiez auparavant ?
N.R. : Je suis assez surprise que ça soit si flexible. La recherche, la découverte, la curiosité, la passion font que toute l’équipe ne cesse de travailler tout le temps. Je pensais que le patron du studio allait dire quelque chose comme ça « Nous avons besoin de faire ça, ce scénario et vous devez incarner ce personnage. » C’est beaucoup plus créatif que je ne l’espérais. Mais je me suis rendue à Hollywood quelques fois, donc ce que je dis reflète un point de vue extérieur, mais d’une certaine façon, je pensais que ça serait un peu plus « fermé » que ça. On a l’impression d’être dans un film indépendant, d’une certaine façon, parce qu’on a l’impression d’être une équipe, nous travaillons tous ensemble sur quelque chose et nous voulons raconter une histoire de la manière la plus divertissante possible.

Collider : Est-elle une femme d’action ? Est-ce-que vous vous battez avec des hommes ? Vous vous êtes entrainée ?
N.R. : Je pense que c’est très important de trouver un moyen de rendre les choses les plus réalistes et crédibles, donc c’est possible. Elle n’est pas une guerrière. Elle se bat pour survivre dans la rue, elle peut utiliser une fourchette ou un couteau, jeter une pierre ou mordre quelqu’un. Je pense que c’est une survivante - c’est son mode de vie...Je pense que la plupart des gitans à travers le monde ont l’habitude d’être mal accueillis, de partir, s’attendent à ce que les gens ne les apprécient pas et les critiquent. Je pense qu’elle sait mieux que personne comment prendre soin d’elle-même et riposter. Il y a de nombreuses situations explosives.

Collider : Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez travaillé avec Robert Downey Jr. et Jude Law ?
N.R. : C’était fantastique. Ce sont tous les deux des acteurs incroyables, mais aussi courageux. Tous les jours, ils tentent de trouver la meilleure solution. Peut importe que ça vienne de moi, Robert, Jude, Guy ou l’un des producteurs - tout le monde travaille pour atteindre le même objectif et c’est la meilleure équipe dans laquelle vous faîtes partie. Donc oui, c’était formidable.


Sherlock Holmes est Copyright © Warner Bros Pictures, Village Roadshow Pictures et Silver Pictures Tous droits réservés. Sherlock Holmes, ses personnages et photos de production sont la propriété de Warner Bros Pictures, Village Roadshow Pictures et Silver Pictures.



 Charte des commentaires 


Sherlock 3 : La date de sortie du troisième opus révélée (...)
Sherlock Holmes 3 : Le travail d’écriture est en (...)
Sherlock Holmes 3 : Le retour de Robert Downey Jr.
Sherlock Holmes 2 : Law/Downey Jr. - on ne change pas une équipe (...)
Sherlock Holmes 2 : Noomi Rapace se confie !
Bumblebee : La critique
Doctor Strange : La suite est quasi-officiellement lancée
Alita - Battle Angel : La rencontre avec Robert Rodriguez et Jon (...)
Shaun le Mouton - La Ferme Contre-Attaque : La bande annonce (...)
True Detective Saison 3 : Une nouvelle bande annonce à travers le (...)
Cruella : Craig Gillespie en pourparlers pour diriger Emma (...)
Fear the Walking Dead : La saison 4 en vidéo
The Evil Within : La critique
Dieux ennemis : La critique de la gamme de JdR par l’auteur (...)
Bandes Annonces & Co : 13 décembre 2018